3 min de lecture Elon Musk

Neuralink : le nouveau projet d'Elon Musk pour créer des êtres surhumains

Avec le projet Neuralink, Elon Musk entend augmenter les capacités de nos cerveaux, soigner les personnes handicapées, la dépression ou encore les addictions. Ce nouveau dispositif a d'ores et déjà été testé sur des truies.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Neuralink : le nouveau projet d'Elon Musk pour créer des êtres surhumains Crédit Image : Neuralink / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Florise Vaubien

Dans le futur, nous sommes tous des super héros, des êtres surhumains. On peut voir la nuit comme en plein jour, commander les ordinateurs par la pensée ou encore enregistrer nos souvenirs et se les repasser quand on le souhaite. C'est en tout cas le rêve d'Elon Musk, homme d'affaire et inventeur frénétique, créateur de la fusée réutilisable Space X, des voitures électriques Tesla et du train à très grande vitesse Hyperloop. 

Le sud africain (qui veut aussi coloniser Mars) s'intéresse désormais à notre cerveau. C'est le projet Neuralink, que l'on découvre sur le site de l'Obs. Il s'agit tout d'abord d'un projet humaniste, comme toujours avec Elon Musk. Mais le milliardaire s'emballe vite, et nous prépare déjà un futur d'humains augmentés.

En résumé, Neuralink veut développer une interface directe entre le cerveau et la machine. Un implant de la taille d’une pièce de monnaie, relié à un millier d'électrodes 20 fois plus fines qu’un cheveu. Cet implant a la même épaisseur que la boîte crânienne : il peut s'y insérer comme une pièce de puzzle. Il se recharge sans fil la nuit, par induction, grâce à un appareil placé sous l’oreiller. Les électrodes, elles, plongent dans le cortex cérébral et l’ensemble est relié aux ordinateurs via Bluetooth. "C’est comme avoir une montre connectée dans le crâne", assure Elon Musk. Une information qui est censée nous rassurer.

Soigner les paralytiques, les aveugles ou les sourds

Pour l'instant, aucun être humain n'a testé ce dispositif. Les trois premiers cobayes de Neuralink sont des truies : Joyce, Dorothy et Gertrude. Ne vous en déplaise, le cerveau de l'homme est très proche de celui du cochon. Les résultats sont encore timides. On visualise l'activité cérébrale, mais on a aussi relié les impulsions neuronales avec le mouvement des quatre pattes : c'est essentiel si on veut permettre aux paralytiques de remarcher. Dans un premier temps, penser à un mouvement pourrait transmettre des impulsions directement à des prothèses-robot. 

À lire aussi
Au sein de Wall Street, la Bourse américaine (Illustration) Bourse
Coronavirus : "Pour la bourse, l'épidémie est terminée", dit François Lenglet

Mais Elon Musk ne se contente jamais d'un demi-progrès : il veut aller plus loin. Il souhaite utiliser un second implant à la base de la colonne vertébrale, là où les liaisons nerveuses sont interrompues, et créer un shunt neural, une rustine en d'autres termes. Sur le long terme, il serait alors possible de rétablir entièrement le mouvement et le paralytique pourrait de nouveau marcher. 

Sur le même principe, en captant les impulsions cérébrales qui transmettent les stimuli visuels des yeux au cerveau, on pourra y relier une ou plusieurs caméra. Pareil pour les sons. Au royaume des aveugles, Elon Musk est roi. Une fantaisie pour handicapés richissime ? Pas du tout ! Une fois la production de masse atteinte, cela ne coûterait que quelques milliers de dollars, paraît-il.

Lutte contre la dépression, l'insomnie ou les addictions

Et pourquoi se limiter aux problèmes physiques ? Neuralink a l'ambition de soigner la dépression, l'insomnie, les douleurs extrêmes, les addictions et même de supprimer la peur ! C'est là que le projet commence un peu à divaguer. Il est question d'enregistrer ses propres souvenirs pour se les repasser intacts et à volonté ou les transférer dans un nouveau corps. Un corps artificiel, pourquoi pas ? Rien n'arrête Elon Musk, Sky is the limit, et encore.

Mais ce projet est-il bien réaliste ? Les scientifiques estiment qu'on est assez proche de ce qui existe déjà, mais qu'aller si loin et si vite est assez optimiste. Pour l'instant, on en est juste au stade de l'activité cérébrale de la truie. Par ailleurs, beaucoup de questions restent encore sans réponse : quelle matière utiliser pour des micro-électrodes qui sont censées rester intactes dans le cerveau pendant des décennies ? Et comment sécuriser les données pour ne pas se faire pirater les neurones ? 

Comme souvent, difficile de savoir si Elon Musk est dingo-mégalo ou juste visionnaire. Et à bien y réfléchir, on ne sait pas ce qui est préférable. Elon Musk lui-même reconnaît que "le futur sera bizarre". C'est peut-être pour ça qu'il s'y sent bien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Elon Musk Technologie Sciences
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants