3 min de lecture Fil Futur

La Nasa va tester son système de défense contre les astéroïdes en octobre

Le passage de l'astéroïde 2012 TC4 à proximité de la Terre le 12 octobre prochain va permettre à l'agence spatiale de mettre à l'épreuve sa capacité de détections des objets géocroiseurs.

Visuel d'artiste d'un astéroïde
Visuel d'artiste d'un astéroïde Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

L'astéroïde 2012 TC4 va frôler la Terre le 12 octobre prochain. Il n'a aucune chance de percuter notre planète, mais il va permettre à la Nasa d'améliorer son programme de défense planétaire. Lancé en janvier 2016, le Planetary Defense Coordination Office traque les corps rocheux dérivant dans le système solaire à la recherche de potentielles menaces pour la Terre. 

Découvert par les astronomes en 2012, le passage de 2012 TC4 va permettre de tester l'efficacité du réseau d'observatoires et de scientifiques scrutant les météores dans le cadre du Bureau de coordination de défense planétaire de la Nasa, explique l'agence dans un communiqué du 28 juillet.

2012 TC4 est considéré comme potentiellement dangereux par la Nasa, qui qualifie ainsi les objets du système solaire dont la taille est suffisamment importante (un diamètre d’au moins 150 mètres) et la trajectoire passe suffisamment près de la Terre (moins de 7,8 millions de kilomètres) pour représenter une menace en cas de collision avec notre planète. Cet automne, l'astéroïde de 10 à 30 mètres de diamètre pourrait frôler la Terre à une distance estimée entre 7.000 et 270.000 kilomètres, soit quasiment les deux tiers celle qui nous sépare de la Lune. 

Tous les astéroïdes dangereux ne sont pas répertoriés

"Il s'agit de la cible idéale pour un exercice. Car même si nous connaissons assez bien l'orbite de 2012 TC4 pour affirmer qu'il ne percutera pas la Terre, nous n'avons pas encore déterminé sa trajectoire exacte", explique Paul Chodas, responsable de l'un des observatoires impliqués dans le programme. Méconnu des scientifiques, 2012 TC4 n'a pu être observé que quelques jours il y a cinq ans, dans la foulée de sa découverte. Or, le système de défense de la Nasa comporte une part importante d'observation.

À lire aussi
espace
SpaceX : pourquoi le dernier test de la fusée Starship est un succès malgré l'explosion

Son passage à proximité de la Terre va permettre de collecter de nouvelles informations qui seront ensuite indexées dans la base de données du bureau de coordination de défense planétaire de la Nasa, où sont référencés l'ensemble des astéroïdes susceptibles de frôler la Terre. Les astronomes pourront alors calculer plus précisément leurs orbites futures et vérifier s'ils constituent une menace pour la Terre ou non.

À l'heure actuelle, la quasi totalité des astéroïdes faisant courir un risque d'extinction de l'humanité sont répertoriés et l'éventualité d'une collision avec un tel objet, de plus d'un kilomètre de diamètre, est infime. Notre planète n’est programmée à entrer en contact avec un tel corps qu’une fois tous les 10.000 ans, expliquait l’an passé l’astrophysicien du CNRS Patrick Michel à Ouest-France. En revanche, moins d'un tiers des astéroïdes de 160 mètres et plus sont référencés. Ils peuvent pourtant causer des dégâts importants.

Une mission pour dévier des astéroïdes dans l'espace d'ici cinq ans

Même si le risque de collision est infime, la Terre a tout de même été frappée à plusieurs reprises par des astéroïdes au cours de son histoire. Le 30 juin 1908, un objets géocroiseur a frappé la Sibérie au-dessus de Toungouska. D'une taille estimée à plus de 40 mètres, il a détruit la forêt sur 2.000 km2, avec une puissance estimée à près de 30 fois la bombe d'Hiroshima. La fréquence de ce type d'événement est de l'ordre de 300 ans. 

Beaucoup plus récemment, en février 2013, un petit astéroïde non répertorié de 20 mètres de diamètre s'est fragmenté près de la ville de Tcheliabinsk dans le centre de la Russie. "En apercevant ce bolide lumineux dans le ciel, les gens ont eu le mauvais réflexe. Ils se sont précipités aux fenêtres mais l'onde de choc a fait éclater les vitres. Bilan: plus de 1.300 blessés et de gros dégâts matériels", expliquait récemment à l'AFP Daniel Hestroffer, de l'Observatoire de Paris. 

En marge de ce système de défense, la Nasa et les autres agences spatiales travaillent également sur des programmes visant à modifier la trajectoire des astéroïdes en utilisant des ogives nucléaires ou un tracteur gravitationnel. Dans le cadre de la mission DART, entre 2020 et 2022, la Nasa va envoyer un impacteur cinétique de 300 kg dans l'espace pour faire dévier de leur trajectoire Didyme A et Didyme B, deux météores jugés potentiellement dangereux pour la Terre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fil Futur Astéroïdes Espace
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants