2 min de lecture High-tech

Avec "Agents on Messenger", Facebook donne le coup d'envoi de la guerre des chatbots

Le réseau social lance "Agents on Messenger", une plateforme permettant aux développeurs de concevoir des robots conversationnels à l'attention des marques et des entreprises au sein de son service de messagerie Messenger.

Facebook ouvre l'ère des Bots
Facebook ouvre l'ère des Bots Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

L'ère des bots est officiellement ouverte. Quelques jours après Microsoft, Facebook a annoncé mardi 12 avril lors de la conférence F8 qui se tient à San Francisco la mise en service de "Agents on Messenger", une plateforme permettant aux développeurs de concevoir des chatbots au sein de son service de messagerie Messenger. Le réseau social veut faire de Messenger un espace central où les marques et les entreprises pourront interagir directement avec les quelque 900 millions d'utilisateurs de sa plateforme grâce à des robots conversationnels mêlant intelligence artificielle et expertise humaine. Une avancée qui devrait redéfinir la façon dont les entreprises vendent des produits et des services.

Le futur des applications

Contraction de "chat", pour "converser" en anglais, et de "bots", pour "robots", les chatbots peuvent passer en revue d'énormes bases de données pour trouver des éléments de réponse en quelques instants et adopter les mécanismes de langage des humains pour converser avec eux. Ces nouvelles fonctionnalités interactives permettront aux utilisateurs de Messenger de commander un taxi, une pizza, un billet d'avion, réserver au restaurant ou converser avec un support client directement depuis la messagerie de Facebook sans avoir à passer par plusieurs applications à la fois. Il suffira pour cela de répondre à une série de questions dans le chat Messenger.

Les outils annoncés mardi comprennent une interface de programmation (API) permettant aux développeurs de concevoir les chatbots pour Messenger et d'intégrer des widgets sur les sites web des entreprises. Si l'essentiel des annonces ont concerné les professionnels du commerce, la plateforme sera également ouverte aux médias pour permettre aux éditeurs de proposer des informations personnalisées et de plus en plus ciblées aux utilisateurs. Selon Mark Zuckerberg, grâce à l'intelligence artificielle et au traitement du langage naturel combinés à l'expertise humaine, les utilisateurs parleront aux bots Messenger aussi simplement qu'à des amis.

Une trentaine de partenaires testent déjà les bots

Une première phase de test est en cours avec une trentaine de partenaires américains issus de différents horizons. On retrouve parmi eux CNN, le Wall Street Journal, Burger King ou encore Bank of America. Les interactions sont pour l'instant limitées à un choix entre plusieurs réponses ou à une liste de commandes. 

À lire aussi
Le logo d'Apple sur un building californien. informatique
Pourquoi Apple s’appelle Apple ?

Facebook avait déjà ouvert Messenger aux entreprises l'an passé pour leur permettre de développer des services. Voyages-SNCF et KLM l'utilisent par exemple pour envoyer des billets et des informations relatives au voyage. En misant sur les chatbots, Facebook accélère dans une bataille déjà engagée par le chinois WeChat, les messageries sécurisées Kik et Telegram et l'outil de communication en entreprises Slack et dans laquelle sont également impliqués Microsoft, Google et Apple. 

Fort de sa base de 900 millions d'utilisateurs, de ses relations avec les annonceurs, les médias et les entreprises et de son vaste écosystème de développeurs, le groupe de Mark Zuckerberg dispose d'une force de frappe sans équivalent pour proposer la plateforme la plus attrayante pour les utilisateurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
High-tech Facebook Réseaux sociaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants