1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Pour Jean-Luc Mélenchon, le débat sur les "Gaulois" n'est pas "nul"
1 min de lecture

VIDÉO - Pour Jean-Luc Mélenchon, le débat sur les "Gaulois" n'est pas "nul"

Le candidat Front de gauche à l'élection présidentielle a pris le contre-pied d'Alain Juppé dans l'émission de "Punchline" sur C8, dimanche 25 septembre.

Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de Punchline le 25 septembre 2016.
Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de Punchline le 25 septembre 2016.
Crédit : Capture C8
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Quand la petite polémique historique sur "nos ancêtres les Gaulois" déclenchée par Nicolas Sarkozy semblait sur le point de s'éteindre, Jean-Luc Mélenchon a choisi d'y mettre son grain de sel. Face à Laurence Ferrari sur C8, dimanche 25 septembre, le candidat du Parti de gauche à l'élection présidentielle a pris le contre-pied d'Alain Juppé en glissant que le débat provoqué par Nicolas Sarkozy sur "nos ancêtres les Gaulois" n'était pas "nul" et donnait même "à réfléchir". La veille, l'ancien président de la République avait pourtant tenté d'apaiser les esprits sans perdre la face à l'occasion d'un hommage aux Harkis organisé à Perpignan.

"Ce n'est pas d'aujourd'hui que nous nous approprions l'Histoire, je ne dirais pas 'Nos ancêtres les Gaulois', je vous dirais que le moment fondateur, c'est le moment où on devient citoyen, c'est plutôt la Révolution de 1789", a lancé le leader du mouvement "la France insoumise" à l'occasion de la première de "Punchline", la nouvelle émission politique de Laurence Ferrari sur C8. L'animatrice avait dû décaler le lancement de son rendez-vous politique d'une semaine après une dérobade de dernière minute d'Arnaud Montebourg. "Je trouve que toutes les références à l'Histoire sont productives parce qu'elles nous obligent à réfléchir", a poursuivi un Jean-Luc Mélenchon bien conciliant avec Nicolas Sarkozy.

Par ailleurs, le candidat à la présidentielle mise ouvertement sur la candidature de l'ex-chef d'État : "On va avoir un peu de temps, il sera bientôt investi, on pourra avoir un bon débat". Pour Jean-Luc Mélenchon, le rival d'Alain Juppé a "inventé un programme pour être pire que Hollande, lequel a essayé d'être pire que Sarkozy. [...] On a l'impression d'une course à droite pour trouver l'idée la plus cruelle". Comme le laissait entendre Marine Le Pen sur RTL, François Hollande ne semble donc pas être le seul présidentiable de gauche à rêver de l'investiture de Nicolas Sarkozy.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/