1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - "Je n'ai pas de compte caché, contrairement à certains", dit Thomas Thévenoud
1 min de lecture

VIDÉO - "Je n'ai pas de compte caché, contrairement à certains", dit Thomas Thévenoud

VIDÉO ZAPPEUR - Interrogé par "iTélé", l'ancien secrétaire d'État a regretté de ne pas avoir droit "à une seconde chance".

Paul Guyonnet
Paul Guyonnet

Pris de court, surpris, déçu par ce qu'il appelle "l’acharnement de Bercy et du gouvernement" à son encontre, Thomas Thévenoud était invité ce 2 juin sur iTélé. Dans une interview d'une vingtaine de minutes, l'ancien secrétaire d'État au Commerce extérieur se défend, assure avoir rattrapé sa faute et mériter une seconde chance. "Sans aucun passe-droit, j’ai payé mes impôts depuis 3 ans avec toutes les pénalités."

Car s'il considère ne pas être au-dessus des lois, l'homme demande aussi "à ne pas être en dessous", exige d'avoir le droit à une vie privée, de pouvoir se défendre. "Vous trouvez que je n’ai pas assez payé ?", demande-t-il à Bruce Toussaint. "J’ai payé financièrement, j’ai payé politiquement : j’ai été démissionné, j’ai payé humainement : ma femme a été virée, licenciée du jour au lendemain", s'emporte-t-il. "Ma famille a payé, mes gamines, mes parents... Est-ce qu'il faut continuer à m'enfoncer et rajouter une pelleté de terre ?"

"Je peux aussi partir en Amérique du Sud, comme les anciens Nazis"

Parmi les moments du scandale restés en travers de la gorge du député de Saône-et-Loire, la saillie de François Hollande, qui n'avait pas hésité à parler "d'indignité nationale". "Vous savez la dernière fois dont on parlé d'indignité nationale pour un parlementaire dans ce pays ?", dit-t-il au présentateur d'iTélé. "C'était pour qualifier ceux qui avaient voté les pleins pouvoir à Pétain." Et quand le journaliste lui demande s'il a songé à quitter la France, il répond qu'il pourrait "aussi partir en Amérique du Sud, comme les anciens Nazis." 

Pour échapper aux nouvelles poursuites pour fraude fiscales réclamées par la commission des infractions fiscales, Thomas Thévenoud se fondera surtout sur un principe juridique, le "non bis in idem", c'est-à-dire qu'il ne peut pas être condamné deux fois pour une seule et même infraction. Fier de son bilan de député, il assure toutefois qu'il essayera de se représenter face aux électeurs en 2017, si la justice le lui permet en tout cas. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire