3 min de lecture Élections européennes

VIDÉO - Européennes 2014 : suivez le débat Schulz - Juncker en direct

EN DIRECT - Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker (PPE) et l'Allemand Martin Schulz (PSE) vont débattre mardi 13 mai de 18h30 à 19h30 sur "RTL" et "LCI". Retour sur les points de désaccords de leurs programmes.

>
Européennes 2014 : Le débat Jean-Claude Juncker / Martin Schulz en direct Crédit Image : AFP | Durée : |
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Ils ont la faveur des pronostics pour prendre la succession de José Manuel Barroso à la présidence de la Commission européenne. Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker (PPE) et l'Allemand Martin Schulz (PSE) vont croiser le fer ce mardi 13 mai de 18h30 à 19h30 sur RTL et LCI.

À 59 ans, Jean-Claude Juncker fait figure de vétéran. Premier ministre du Luxembourg pendant près de 19 ans, ce démocrate-chrétien assumé est le détenteur du record de longévité à la tête d'un exécutif européen. L'ancien président de l'Eurogroupe (qui réunit les ministres des Finances de l'Euro) est l'une des dernières figures de la construction européenne, qui a côtoyé au pouvoir François Mitterrand et Helmut Kohl.

Face à lui, Martin Schulz se pose en challenger. Le social-démocrate allemand de 58 ans est un homme déterminé. Chaleureux, mais aussi autoritaire, l'actuel président du Parlement européen a patiemment construit un parcours qui pourrait le conduire au sommet des institutions européennes, sans jamais avoir été ministre.

De faibles divergences

Opposés lors d'un premier débat télévisé sur France 24 le 9 avril dernier, leurs divergences n'avaient pas sauté aux yeux des observateurs.

À lire aussi
Un électeur en train de voter (illustration) vote
Élections européennes : pourquoi y a-t-il eu autant de listes ?

Le candidat du Parti populaire européen et son adversaire du Parti socialiste européen avaient même souligné à plusieurs reprises le rapprochement de leurs idées et leur foi commune en l'institution continentale. "Il est d'accord avec mon programme", avait notamment lancé Martin Schulz avant que Jean-Claude Juncker ne lui rétorque : "Il adhère largement à mes idées".

Leurs visions idéologiques sont pourtant bien distinctes. Les deux hommes se séparent notamment sur le nouveau délai à accorder à la France pour la résorption de son déficit, sur les questions du chômage et de la crise économique ainsi qu'en matière de politiques migratoires.

La dette française

Martin Schulz souhaite que la Commission européenne soutienne les réformes (notamment le programme de stabilité) actuellement menées par le gouvernement de Manuel Valls et accorde un nouveau sursis à la France pour rentrer dans ses objectifs budgétaires. 

Jean-Claude Juncker plaide pour sa part pour que Paris respecte ses engagements de réduire ses déficits publics à moins de 3% du PIB en 2015 et n'envisage pas de lui accorder un troisième délai consécutif.

Les politiques migratoires

"Continent d'immigration" pour Martin Schulz, l'Europe doit toutefois disposer de règles pour formaliser l'immigration légale à la manière des États-Unis, de l'Australie, du Canada ou de la Nouvelle-Zélande. Il plaide pour une "répartition" de l'immigration entre les États membres et veut lutter contre les réseaux de trafic d'immigration irrégulière.

Jean-Claude Juncker souhaite pour sa part que les 28 harmonisent leurs politiques d'immigration légale pour que les flux soient "mieux encadrés". Défenseur de l'Europe comme "terre d'accueil", il fait de la liberté de circulation dans l'Union européenne l'un de ses principes essentiels. 

Le chômage et la crise

Le chômage est la priorité numéro un des deux candidats. Lors du premier débat, ils ont tous les deux admis que la crise économique en Europe ne sera révolue que lorsque le taux de chômage aura diminué de façon significative. 

Dans cette perspective, Martin Schulz mise sur une politique de discipline budgétaire afin d'assainir les finances publiques. Le candidat socialiste plaide également pour une politique d'investissements en faveur de la croissance et de l'emploi pour résorber le chômage des jeunes.

Dans une logique plus libérale, Jean-Claude Juncker appelle de son côté à une modernisation de l'économie européenne en menant à terme le marché intérieur et le marché numérique unique. Opposant déclaré à la politique de l'endettement, il considère qu'il faut consolider les marchés financiers et relancer l'accès au crédit des PME.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections européennes Union européenne Jean-Claude Juncker
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants