2 min de lecture François Hollande

Valérie Trierweiler : "Il faut être deux pour s'aimer mais il suffit d'un pour se quitter"

Valérie Trierweiler est en une du "Parisien Magazine" du 31 janvier. Une journaliste de l'hebdomadaire a suivi l'ancienne première dame durant son voyage en Inde, sa première apparition publique depuis sa séparation.

L'ancienne compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, le 15 mai 2012.
L'ancienne compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, le 15 mai 2012. Crédit : AFP / CHRISTOPHE ENA
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Les couvertures de périodiques consacrées à l'ancienne première dame de France se succèdent. Après Paris Match, c'est au tour du Parisien Magazine du vendredi 31 janvier d'afficher Valérie Trierweiler sur sa une.

Étalé en gras sous une photo de l'ancienne compagne de François Hollande, le titre sonne comme un soulagement : "Libre !".

Une journaliste du magazine a suivi Valérie Trierweiler durant les trois jours de son voyage en Inde, sa première apparition publique depuis l'annonce de sa rupture avec le Président. L'ancienne locataire de l'Élysée en aurait profité pour "se confier librement" : "Elle ne nous a rien caché de ses premières impressions de femme libre, célibataire pour la première fois en trente ans", indique le site de l'hebdomadaire.

À lire aussi
La chronique de Laurent Gerra du 26 juin 2019 humour
La chronique de Laurent Gerra du 26 juin 2019

"Je n'aimais pas les ors de l'Élysée, assure ainsi Valérie Trierweiler au Parisien Magazine. L'Inde, c'est un retour vers la liberté, loin du monde politique et de ses trahisons. Moi, j'assume ce que je suis, ce que je dis. On ne peut pas dire que je n'ai rien fait de bien en dix-neuf mois".

Elle n'exclut pas "d'écrire un livre"

À bord de l'avion qui l'a conduite à Bombay, la première dame a "répondu aux SMS du Président", poursuit le site du magazine qui raconte qu'elle a refusé les journaux que lui proposait le steward, "encore sous le choc" de la séparation.

"Nous n'avons pas vécu le pouvoir de la même façon. Ça a cassé quelque chose. J'aurais préféré une vie normale, on serait peut-être encore ensemble aujourd'hui, avoue celle qui a vécu comme "un coup de poing", selon le magazine, sa séparation avec le Président, officialisée par un communiqué de l'Agence France Presse.

"Dix-huit mots, presque un par mois passé ensemble depuis son élection", lâche-t-elle avec ironie à la journaliste du quotidien. "Il faut être deux pour s'aimer mais il suffit d'un pour se quitter", confie-t-elle au terme du voyage, tout en avouant "ne pas exclure d'écrire un livre", comme le rapporte Le Figaro.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Valérie Trierweiler Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7769256705
Valérie Trierweiler : "Il faut être deux pour s'aimer mais il suffit d'un pour se quitter"
Valérie Trierweiler : "Il faut être deux pour s'aimer mais il suffit d'un pour se quitter"
Valérie Trierweiler est en une du "Parisien Magazine" du 31 janvier. Une journaliste de l'hebdomadaire a suivi l'ancienne première dame durant son voyage en Inde, sa première apparition publique depuis sa séparation.
https://www.rtl.fr/actu/politique/valerie-trierweiler-il-faut-etre-deux-pour-s-aimer-mais-il-suffit-d-un-pour-se-quitter-7769256705
2014-01-29 21:08:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/rT341P36zChL4cEEQ2fbSw/330v220-2/online/image/2014/0125/7769158363_l-ancienne-compagne-de-francois-hollande-valerie-trierweiler-le-15-mai-2012.jpg