3 min de lecture Médias

TV5 Monde : la classe politique condamne unanimement le piratage

RÉACTIONS - La chaîne de télévision francophone piratée pendant plus de 3 heures dans la nuit du 8 au 9 avril a reçu le soutien de nombreux responsables politiques de tous bords.

TV5Monde a été la cible mercredi 8 avril d'une cyberattaque menée par des pirates se réclamant du groupe jihadiste Etat islamique
TV5Monde a été la cible mercredi 8 avril d'une cyberattaque menée par des pirates se réclamant du groupe jihadiste Etat islamique Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

C'est un piratage d'une ampleur impressionnante qui a touché TV5 Monde dans le nuit du mercredi 8 avril. Pendant plus de 3 heures, la chaîne francophone n'a pas pu émettre, et a perdu le contrôle de ses 11 canaux, de son site internet et de ses comptes Facebook et Twitter. 

Une cyberattaque revendiquée par le groupe Cyber Caliphate qui se réclame de l'État Islamique et qui, selon nos informations, est partie de France, transitant par un réseau qui emploierait une quinzaine de hackers chevronnés dans le monde. Entre la gauche et l'UMP, le piratage a été condamné à l'unanimité par la classe politique

Une atteinte à la "liberté d'information et d'expression" pour le PS

À commencer par le Parti socialiste qui "condamne fermement cette attaque, revendiquée par Daech". Pour le parti dirigé par Jean-Christophe Cambadélis, "la culture et les médias sont devenus aux quatre coins du monde des cibles privilégiées pour les mouvements qui entendent imposer par la terreur leur vision extrémiste". C'est pourquoi, "face à l'obscurantisme, le Parti socialiste apporte tout son soutien à l'ensemble des acteurs culturels, de la presse, des médias et de la communication qui, au quotidien, œuvrent pour la liberté d'expression  et l'enrichissement culturel".

Le Premier ministre, Manuel Valls, est sur la même ligne. Sur Twitter, il dénonce une "atteinte inacceptable à la liberté d'information et d'expression" et apporte son "soutien total à la rédaction" de TV5 Monde. Christiane Taubira aussi s'est exprimée sur le réseau social : "Pas de doute, ils (les pirates, ndlr) ne supportent ni éducation, ni culture, ni libre information, ni libertés".

L'UMP veut des moyens de "défense et de contre-attaque"

À lire aussi
Le président américain Donald Trump sur un parcours de golf. États-Unis
États-Unis : Donald Trump épinglé pour ses dernières sorties au golf

Si de nombreux sujets divisent l'UMP et le PS, tous s'indignent à l'unisson de ces actes terroristes de plus en plus inquiétants. Le secrétaire national à la culture de l'UMP, David-Hervé Boutin, "dénonce cet acte lâche contre la liberté d'expression et d'information" dans un communiqué.

L'UMP dénonce cet acte lâche contre la liberté d'expression et d'information

David-Hervé Boutin, secrétaire national de l'UMP
Partager la citation

Le parti d'opposition veut des solutions pour contrer ce "phénomène préoccupant pour nos libertés" et considère qu'il est "urgent de réfléchir collectivement à des moyens de défense (et de contre-attaque) efficaces". Une réflexion qui devra s'appuyer à la fois sur "l'expérience de nos services de renseignement mais aussi sur l'expertise de nos alliés dans cette guerre qui ne fait hélas que commencer", selon David-Hervé Boutin.

EELV attend le "nécessaire pour garantir la liberté d'expression"

Les Verts aussi s'inquiètent du système de défense de la France, comme c'est le cas d'Esther Benbassa. La sénatrice écologiste - et vice-présidente de la Commission d'enquête sur l'organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux jihadistes en France et en Europe - note qu'à l'heure où "les pouvoirs publics français essayent de trouver les moyens de stopper la propagande jihadiste sur internet", ce piratage "met en évidence qu'il est temps de comprendre que les terroristes mènent la guerre également sur la toile". "Tout doit être mis en oeuvre pour ne pas perdre sur ce front", conclut-elle. 

Il est temps de comprendre que les terroristes mènent la guerre également sur la toile

Esther Benbassa, sénatrice écologiste
Partager la citation

Tout comme André Gattolin, sénateur écologiste, pour qui "l'État doit mettre en œuvre les moyens nécessaires pour garantir la liberté d'expression et la protection des données personnelles à l'heure où notre pays connaît une numérisation accélérée de l'information". "Seules des mesures rapides et d'ampleur dans ce domaine pourront nous protéger d'un désastre annoncé, tant pour nos libertés que pour notre économie", conclut-il.

La chaîne a recommencé à émettre normalement aux alentours de 18 heures jeudi soir. Cet événement n'est pas sans rappeler, dans une moindre mesure, les attentats de janvier à Paris contre Charlie Hebdo où la liberté d'expression avait été une des cibles des frères Kouachi. En février dernier, Reporters sans frontières notait une "régression brutale" de la liberté de la presse en 2014, conséquence notamment de l'action de groupes comme l'organisation État islamique et les islamistes nigérians de Boko Haram. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Terrorisme Piratage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants