1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Trains intercités : Denis Baupin s'inquiète du "mauvais signal" de fermetures de lignes
2 min de lecture

Trains intercités : Denis Baupin s'inquiète du "mauvais signal" de fermetures de lignes

Un rapport d'un député PS préconisant de "revisiter le périmètre" des trains Intercités inquiète le député EELV Denis Baupin.

Le député écologistes et vice-président de l'Assemblée nationale Denis Baupin le 4 avril 2015.
Le député écologistes et vice-président de l'Assemblée nationale Denis Baupin le 4 avril 2015.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Victime de la concurrence des TGV et des TER, en mauvais état et peu fréquenté,les trains Intercités doivent être complétement revisités et le réseau "dynamisé" estime ce mardi 26 mai le député socialiste Philippe Duron dans son rapport. Une conclusion qui alarme le député écologiste et vice-président de l'Assemblée nationale Denis Baupin.

Invité de France Info ce mardi, le responsable EELV s'est inquiété du "très mauvais signal" que constituerait une fermeture de lignes de trains Intercités "au moment où on va faire la Conférence climatique en France, où l'on dit qu'il faut passer des déplacements automobiles vers les transports collectifs".

Réhabiliter plutôt que créer

"Les voies n'ont pas été bien entretenues, on n'a pas rénové les matériels et au bout d'un moment, on dit que cela fonctionne mal. Évidemment, les gens n'ont pas forcément envie de prendre des trains qui n'arrivent pas à l'heure et qui sont de mauvaise qualité", a développé le député de Paris qui regrette le tout-investissement dans le TGV "ces trente dernières années". Ce dernier s'appuie sur les déclarations de Guillaume Pépy, le PDG de la SNCF, qui explique que "réhabiliter un kilomètre de voie coûte trente fois moins cher que de créer un kilomètre de plus. Donc ce qu'il faut, c'est bien entretenir les lignes qui irriguent le territoire."

"Si vraiment, on n'a pas été au bout de rechercher toutes les voies pour le financement et pour faire fonctionner correctement ces lignes, on dira qu'on n'est pas d'accord. Le train continue d'être un élément important du quotidien de nos concitoyens et, évidemment, de la lutte contre la pollution", a-t-il dit.

L'autocar en complément du train, pas en concurrence

À lire aussi

Par ailleurs interrogé sur la libéralisation des autocars prévue dans le projet de loi Macron, Denis Baupin s'est dit "pas forcément opposé à des autocars qui permettent de mieux utiliser la route, car c'est du transport collectif. Mais en complément du train, pas contre le train".

"C'est pour cela que nous proposions une véritable autorité organisatrice des transports
au niveau national qui coordonne ensemble les trains et les autocars, avec rabattement des autocars vers le train. Ça, c'est de la complémentarité, pas de la concurrence", a-t-il dit.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/