1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Suppressions de postes au ministère des Sports : Roxana Maracineanu prête à ferrailler
2 min de lecture

Suppressions de postes au ministère des Sports : Roxana Maracineanu prête à ferrailler

La nouvelle ministre des Sports Roxana Maracineanu a jugé "très brutale" la publication de la lettre de cadrage de Matignon fixant un objectif de 1.600 suppressions de postes dans son ministère.

La nouvelle ministre des Sports, Roxana Maracineanu
La nouvelle ministre des Sports, Roxana Maracineanu
Crédit : AFP / PHILIPPE LOPEZ
Suppressions de postes au ministère des Sports : Roxana Maracineanu prête à ferrailler
03:22
Suppressions de postes au ministère des Sports : Roxana Maracineanu prête à ferrailler
03:20
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

Roxana Maracineanu était déjà réputée pour son franc-parler au Conseil régional d'Île-de-France. Il ne lui aura pas fallu longtemps pour en faire la démonstration au gouvernement.

Dimanche 9 septembre, celle qui a pris la place de Laura Flessel il y a moins d'une semaine au ministère des Sports a été pressée de réagir, en marge d'un événement sportif parisien, à la parution dans la presse d'une "lettre de cadrage"- un document de travail censé, en principe, ne pas passer les murs du ministère - dans laquelle Matignon fixait l'objectif, drastique en apparence, de supprimer d'ici à 2022 pas moins de 1.600 postes de conseillers  techniques sportifs. Autrement dit des postes de directeurs techniques nationaux ou d'entraîneurs nationaux, par exemple.

En fait, il s'agit plus exactement d'organiser le transfert de ces postes de l'État aux fédérations sportives. Mais autant vous dire que le chiffre, balancé dans la nature sans autre précisions (ou presque), a eu l'effet d'une petite bombe dans un milieu sportif déjà échaudé par la baisse de son budget. Ce qui explique sans doute pourquoi la toute nouvelle ministre, légèrement prise de cours, n'a pas été complètement langue de bois devant les caméras.  

"On est ennuyé avec elle et pour elle"

"Je pense que cette annonce est vraiment très brutale et ce ne sont pas les bons mots qui ont été employés", a déclaré dimanche Roxana Maracineanu. "Annonce brutale" : le terme est plutôt inhabituel pour une ministre. Son cabinet se défendait, plus tard dans la journée, d'avoir voulu "mettre la pression" à Édouard Philippe.

À écouter aussi

"Elle vient de la société civile, et elle n'a pas encore tous les codes", confiait même son entourage. Commentaire peu crédule d'un ministre qui en a vu d’autres : "Elle marque son territoire, et elle a bien raison (...) Flessel, elle, avait tout lâché à Bercy".

Du côté de Matignon, où l'on regrettait la fuite de ce document avant tout (un classique en période de restriction budgétaire), on assurait ne pas en tenir rigueur à la petite nouvelle du gouvernement. "On est ennuyé avec elle et pour elle", m'a-t-on confié.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/