1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Solère ne compte pas démissionner de son poste de questeur à l'Assemblée
2 min de lecture

Solère ne compte pas démissionner de son poste de questeur à l'Assemblée

Le député des Hauts-de-Seine a déclaré qu'il n'abandonnerait pas son poste de questeur, malgré sa récente adhésion à La République en marche. Traditionnellement, l'un des trois questeurs de l'Assemblée appartient pourtant à l'opposition.

Thierry Solère à l'Assemblée nationale, le 4 septembre 2017
Thierry Solère à l'Assemblée nationale, le 4 septembre 2017
Crédit : Patrick KOVARIK / AFP
Benjamin Pierret & AFP

Il n'abandonnera pas son poste. Le député ex-LR Thierry Solère, qui vient de rejoindre La République en marche, a affirmé dimanche 26 novembre sur BFMTV qu'il n'avait pas l'intention de démissionner de sa fonction de questeur à l'Assemblée nationale.

"Le poste de questeur n'appartient pas aux partis politiques, a-t-il déclaré sur la chaîne d'information. Que dit le règlement de l'Assemblée nationale ? C'est que dans la répartition (des postes de responsabilité) on tente - on tente ! - de veiller à une répartition pluraliste et de respecter la parité. Mais, par nature, c'est une élection", a rappelé le député des Hauts-de-Seine. De fait, selon lui, "il n'y a pas d'obligation légale à ce qu'un parti politique, Les Républicains ou un autre" se voit réserver un poste de questeur. 

L'Assemblée compte trois postes de questeur, dont l'un revient traditionnellement à l'opposition. Mais depuis que l'élu a annoncé son adhésion à REM ce dimanche 26 novembre dans le JDD, à la suite de son exclusion des Républicains en octobre, les trois questeurs appartiennent au parti d'Emmanuel Macron. L'élection en juin du "Constructif" Thierry Solère à ce poste stratégique, avec des voix de REM et au détriment de LR, avait déjà déclenché une crise au Palais Bourbon. 

"S'il n'y a plus de questeur LR, c'est parce qu'ils m'ont viré"

"Je n'ai aucune raison de démissionner, je suis très heureux avec Florian Bachelier, qui est le premier questeur, et Lauriane Rossi, ma collègue également députée des Hauts-de-Seine", a insisté Thierry Solère, avant d'ajouter : "Il y avait des traditions au Parlement qu'on est en train d'abandonner".

À lire aussi

Élu pour un an, il a également déclaré qu'il dira "le moment venu" s'il sera de nouveau candidat à ce poste lors de l'élection en octobre prochain. Quant aux critiques venues de son ancien camp des Républicains, Thierry Solère les a balayées d'un revers de la main: "Il y a encore un mois, j'étais encore LR donc, s'il n'y a plus de questeur LR, c'est parce qu'ils m'ont viré des Républicains". Sans préciser qu'il était déjà Macron-compatible quand il a été élu questeur. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.