1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Si l'exécutif ne réagit pas, les députés REM ne pourront pas renverser la vapeur", prévient Mazerolle
1 min de lecture

"Si l'exécutif ne réagit pas, les députés REM ne pourront pas renverser la vapeur", prévient Mazerolle

ÉDITO - Gilles Le Gendre, nouveau président des députés REM à l'Assemblée nationale, a assigné à son groupe la mission de combler le fossé entre la réalité des mesures prises et la perception des réformes par les Français.

Emmanuel Macron, le 20 septembre 2018
Emmanuel Macron, le 20 septembre 2018
Crédit : CHRISTOF STACHE / AFP

Gilles Le Gendre est un néophyte de la politique, honnête et enthousiaste. Le dédoublement des classes primaires dans les zones difficiles, réformer la formation professionnelle, ce n'est pas rien. 

Le plan pauvreté et le plan santé n'ont peut être pas reçu l'écho qu'ils méritaient. Les 311 députés de la majorité ne parviendront pas à renverser la vapeur si les ministres et le président de la République lui-même n'y mettent pas du leur. 

Lorsqu'il a présenté le plan pauvreté, Emmanuel Macron n'était pas obligé d'adresser le même jour ses excuses au nom de l'État français à la veuve de Maurice Audin. En faisant cela, il pouvait se douter qu'il provoquerait des polémiques, reléguant au second plan les questions sur le plan pauvreté. 

Le président n'était pas non plus obligé d'appeler le président du Sénat Gérard Larcher pour le mettre en garde sur l'attitude de la commission d'enquête sur Alexandre Benalla. 

Les ministres ressassent la nécessité de faire de la pédagogie

Olivier Mazerolle
À écouter aussi

Ce ne sont pas les médias qui ont demandé au porte-parole du gouvernement d'en rajouter en évoquant le manque de "déontologie" du président de la commission d'enquête, alors que ce dernier avait conduit de manière impeccable l'audition de l'ancien chargé de mission de l'Élysée.

La correction à la marge de la hausse de la CSG pour les retraités donne l'impression que le gouvernement a mis un an à comprendre ce que les députés de la majorité essayaient de lui dire. Le gouvernement pratique le rafistolage fiscal, semblable aux pratiques de l'ancien monde. 

Gérard Collomb, le premier soutien d'Emmanuel Macron, a dénoncé le manque d'humilité d'En Marche. Les ministres ressassent la nécessité de faire de la pédagogie, comme si les Français étaient des cancres incapables de comprendre.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/