2 min de lecture Travail

Gouvernement Valls : François Rebsamen, en charge du ministère du Travail

REMANIEMENT - Favori pour l'obtention du ministère de l'Intérieur, François Rebsamen sera finalement à la tête du ministère du Travail.

François Rebsamen et Manuel Valls, le 16 octobre 2012
François Rebsamen et Manuel Valls, le 16 octobre 2012 Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

François Rebsamen, un temps pressenti pour Beauvau, est le nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social.


> Gouvernement Valls : les 16 ministres de la nouvelle équipe

À 62 ans, François Rebsamen entre pour la première fois dans un gouvernement. Il est un fidèle de François Hollande et décrit comme affable et chaleureux. Il va désormais s'occuper du dialogue social et du dossier brûlant du chômage. Maire de Dijon depuis 2001, élu au Sénat en 2008, il y avait pris la tête du groupe PS en 2011, lors du basculement à gauche de la Haute assemblée. 

Une préférence pour le ministère de l'Intérieur

"Rebs" comme il est surnommé, avait déjà caressé l'espoir de devenir ministre dès l'arrivée à la présidence de son ami François Hollande, en mai 2012, ne cachant pas sa préférence pour l'Intérieur. En bon soldat, il s'était alors résigné au choix politique du président de lui préférer Manuel Valls. 

À lire aussi
Chômage
Chômage : neuf maires PS et EELV recommandent des "emplois verts"

Encore une fois, alors qu'il s'était préparé pour la place Beauvau, il a dû laisser la place à Bernard Cazeneuve avant d'accepter le portefeuille du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social au moment où le chômage a atteint de  nouveaux sommets.

Il remplace à ce poste un autre intime du chef de l'Etat, Michel Sapin, nommé ministre des Finances. Au Sénat, il a siégé à la commission des finances et a beaucoup travaillé sur les questions budgétaires. Il a ainsi été rapporteur du budget logement. 

Le fidèle ami de François Hollande

Depuis l'élection présidentielle, comme chef de file des sénateurs PS, il a toujours soutenu fidèlement le chef de l'Etat dont il avait été le numéro deux à la tête du PS, à une exception près, l'interdiction du cumul des mandats dont  il voulait exempter les sénateurs, représentants des collectivités locales.

Mais sa vraie passion, c'est sa ville natale, Dijon dont il a arraché en 2001 la mairie à la droite qui y régnait depuis 1935 et où il a été réélu le 30  mars avec près de 53% des voix. Il y a appliqué sa politique de sécurité et l'a "réveillée", faisant revenir la jeunesse au centre-ville, avec notamment un tramway reliant une université excentrée et autorisations nocturnes pour les bars-terrasses. 

Dans son bureau du Palais des ducs de Bourgogne, une immense toile du peintre chinois Yan Pei-Ming, devenu dijonnais, témoigne de son goût pour la culture, sur lequel il reste discret, parlant plus volontiers de ses hobbies, pêche à la mouche et tennis. Il s'est "mis en congé" de la franc-maçonnerie dès son élection "par respect de mes administrés". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Travail Gouvernement Valls 2 Info
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants