2 min de lecture Confidentiels politique

REM : la "Grande marche" pour l'Europe, une thérapie de groupe pour les militants

CONFIDENTIELS RTL - La République En Marche lance ce week-end sa "Grande marche pour l'Europe", censée durer deux mois. Une mobilisation pour remotiver des troupes qui ont parfois le blues.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
REM : la "Grande marche" pour l'Europe, une thérapie de groupe pour les militants Crédit Image : ERIC DESSONS/JDD/SIPA | Crédit Média : Vincent Derosier | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Vincent Derosier Journaliste RTL

La République En Marche avait donné il y a deux semaines le coup d'envoi de sa campagne pour les élections européennes de 2019 en présentant sa "Grande marche". Cette opération, qui va débuter ce week-end, a été montée pour remobiliser les militants.

C'est l'objectif non officiel. Car depuis des mois, les troupes de "Marcheurs" ont un coup de calgon. Le blues de l'élection présidentielle est un grand classique. Un député de la majorité n'y va pas par quatre chemins. Cette marche pour l'Europe c'est avant tout, dit-il "un moyen de compter nos militants actifs et de les remobiliser".

Alors bien sûr les "Marcheurs" vont aller a la rencontre des Français et tenter de mettre le pied dans leur porte pour parler d'Europe. "Ça s'annonce compliqué", me confie un militant. "On risque de se faire engueuler sur d'autres sujets, mais au moins on ira voir les gens".

Les déçus dénoncent un parti autoritaire

C'est l'autre objectif : prendre la température dans le paysChristophe Castaner lancera le porte-à porte officiellement samedi 7 avril à Tours. Les adhérents à qui j'ai pu parler ne sont pas dupes. "On cherche à nous occuper", reconnait l'un deux. "Mais au moins on se sent utiles".

À lire aussi
Jair Bolsonaro international
Bolsonaro insulte Macron : "C'est typique de ce populisme moderne", selon un spécialiste

Les 400.000 adhérents de REM ne sont bien sûr pas tous dans cet état. Les échanges sur les réseaux sociaux, que j'ai pu consulter, montrent que les "Marcheurs" débattent de l'actualité et des réformes. GPA, asile et immigration, réforme constitutionnelle : chacun y va de son avis.

Mais sur les fameuses boucles de débats en ligne, les critiques sont systématiquement les mêmes. Les déçus dénoncent un parti autoritaire, des référents locaux qui veulent tout contrôler, des débats de plus en plus verrouillés. Bref, à l'opposé des promesses de campagne.

Castaner conscient du malaise

Par exemple, pour s'inscrire a cette "Grande marche" européenne, il fallait contacter son coordinateur pour s’inscrire. Certains se sentent fliqués. Et puis beaucoup déchantent, car ils ne participent pas aux questions politiques. Et oui, tout se déroule à l'Élysée.

"Les Marcheurs sont des idéalistes, s'agace un militant aguerri. S'ils veulent tout décider, qu'ils ouvrent un club de hippies !".

En tout cas, Christophe Castaner est conscient du malaise. D'après nos informations, des militants lui ont écrit pour lui demander de relancer des boucles de débats thématiques. Il a répondu lui-même au courrier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confidentiels politique La République En Marche Christophe Castaner
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants