3 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : les candidats évoquent leur rapport à la religion

Dans un livre, "Les candidats à confesse", les candidats ont été interrogés sur leur foi.

Le pape benoît XVI et François Fillon au Vatican le 10 octobre 2009.
Le pape benoît XVI et François Fillon au Vatican le 10 octobre 2009.
JulienAbsalon1
Julien Absalon
et AFP

Les candidats se confessent. À une semaine et demi du premier tour de la présidentielle, sept prétendants à l'Élysée ont notamment confié au journaliste Samuel Pruvot, rédacteur en chef à l'hebdomadaire catholique Famille chrétienne, leur rapport personnel à la foi religieuse. Ces réponses ont été compilées dans un livre, intitulé Les candidats à confesse, paru mercredi 12 avril aux éditions du Rocher. Ces candidats - Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon, Marine Le Pen, Jean Lassalle, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, - ont le point commun d'avoir grandi dans une sphère catholique plus ou moins influente sur leur développement.

Parmi la centaine de pages, Nicolas Dupont-Aignan se décrit comme un "croyant qui doute ou un agnostique qui croit" et évoque sa scolarité en milieu catholique. "Mon éducation religieuse a commencé par m'éloigner de la religion mais elle fut un engrais pour la suite", dit-il dans des extraits rapportés par La Croix. Emmanuel Macron est lui aussi "revenu depuis quelques temps à un certain agnosticisme" malgré un baptême demandé à l'âge de 12 ans. Il vante malgré tout "ce mélange d'intelligence et de foi" incarné par les pères jésuites qu'il côtoyait dans son lycée à Amiens. "Pendant ces années, j'ai été au contact de la foi catholique dans sa dimension intellectuelle, parfois plus que dans sa dimension proprement spirituelle. (...) Aujourd'hui encore, je crois qu'il faut toujours à l'exercice de la liberté une armature qu'on peut appeler foi, mais qui peut aussi être la recherche d'un sens", considère-t-il dans des propos relayés par Le Figaro. Cette éducation avec Jésus-Christ en filigrane le rapproche d'une certaine façon à Benoît Hamon, à qui la religion catholique a offert "une morale et une éthique" dans sa vie : "Le catholicisme ne me remplit pas mais il m'a construit. Il a exercé sur moi une influence profonde et durable. Pourquoi la rejeter ?".

"La foi et la laïcité vont bien ensemble"

Moins inattendu sur une question religieuse qu'il a contribué à installer dans le débat par sa "vraie et sincère foi catholique", François Fillon redit ce qu'il doit au scoutisme, "formidable école de responsabilité". Ne cachant pas son admiration pour Saint François d'Assise, il évoque aussi son attachement à certains papes : "Je me sens un peu chez moi dans ce catholicisme social qui, depuis Léon XIII (pape de 1878 à 1903, ndlr), est au service des pauvres au nom de la charité et pas de la lutte des classes". L'importance de la religion se remarque aussi chez Marine Le Pen, "femme profondément croyante" qui confesse "une relation particulière avec la Sainte Vierge". Elle ne manque toutefois pas de souligner que "la foi et la laïcité vont bien ensemble". La présidente du Front national tient aussi à bousculer les "catholiques intransigeants" qui sont plongés pour "certains" dans une "forme de communautarisme" au même titre, selon elle, que "certains chez les musulmans".

À lire aussi
Logo de La République En Marche La République En Marche
La République En Marche : pourquoi une enquête préliminaire est-elle en cours ?

Jean-Luc Mélenchon, auteur de la saillie remarquée : "Fichez-nous la paix avec la religion !", n'est paradoxalement pas le moins disert des candidats interrogés. Le porte-voix de La France insoumise "garde un bon souvenir des curés à Elbeuf", lors de son adolescence normande, et estime que du jésuite Teilhard de Chardin, dont il a "dévoré tous les livres", à Marx, "il n'y a qu'un pas". Même ses rapports avec l'institution catholique, jadis "la figure de l'ennemi", ont changé, à force de fréquenter des croyants en Amérique latine : "On ne peut plus se moquer des curés quand un camarade, curé de son état, s'est fait flinguer à la sortie de son église par l'extrême droite !"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Société Religions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788112666
Présidentielle 2017 : les candidats évoquent leur rapport à la religion
Présidentielle 2017 : les candidats évoquent leur rapport à la religion
Dans un livre, "Les candidats à confesse", les candidats ont été interrogés sur leur foi.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-les-candidats-evoquent-leur-rapport-a-la-religion-7788112666
2017-04-13 18:07:44
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nNh40cpb1uAvAJlyBdGpug/330v220-2/online/image/2017/0330/7787881123_le-pape-benoit-xvi-et-francois-fillon-au-vatican-le-10-octobre-2009.jpg