1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : "Bayrou agacé par le coucou Macron", décrypte Alba Ventura

Présidentielle 2017 : "Bayrou agacé par le coucou Macron", décrypte Alba Ventura

ÉDITO - Le leader centriste ne voit pas d'un bon œil la montée en puissance de l'ancien ministre de l'Économie.

François Bayrou et Emmanuel Macron sur une étape pyrénéenne du Tour de France, le 9 juillet 2016
François Bayrou et Emmanuel Macron sur une étape pyrénéenne du Tour de France, le 9 juillet 2016
Crédit : SIPA
Présidentielle 2017 : "Bayrou agacé par le coucou Macron", décrypte Alba Ventura
03:01
Présidentielle 2017 : "Bayrou agacé par le coucou Macron", décrypte Alba Ventura
03:19
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura
Animateur

Si les amis de François Hollande font tout pour contrecarrer une éventuelle candidature d'Emmanuel Macron, ils ne sont pas les seuls. François Bayrou s'est montré particulièrement offensif mercredi 7 septembre à l'encontre de l'ancien ministre de l'Économie. Quelle mouche l'a donc piqué ? Car le centriste a cogné comme un sourd sur Emmanuel Macron. Il n'avait rien dit pourtant au moment de la démission de l'ancien ministre. Aucune réaction. Visiblement, il préparait son coup.
Le président du MoDem s'est donc lâché. Pour lui,  derrière Emmanuel Macron, ce sont les puissances de l'argent qui sont à la manœuvre. Les grands intérêts financiers seraient en train d'orchestrer la montée en puissance de l'ancien banquier de chez Rothschild, selon lui. Le maire de Pau avance que les forces de l'argent étaient déjà à l'œuvre avec Nicolas Sarkozy en 2007, puis avec Dominique Strauss-Kahn avant 2012 ; et elles sont revenues, avec cette fois, comme porte-drapeau l'ancien ministre de l'Économie.
C'est un grand classique chez François Bayrou. Rappelez-vous, il avait étrillé Nicolas Sarkozy "candidat des grands patrons et de la classe médiatique". Mais quand même, il y est allé drôlement fort. Il se dit qu'un Emmanuel Macron pourrait empiéter largement sur son territoire. Le "ni droite, ni gauche" c'est un peu la marque Bayrou. Souvenez-vous en 2011, lorsqu'il voulait rassembler "du centre gauche au centre droit". C'est la même chose.

François Bayrou se dit qu'un Emmanuel Macron pourrait empiéter largement sur son territoire

Alba Ventura

François Bayrou n'est pas candidat... pour le moment. Pour le moment, il soutient Alain Juppé dans la primaire. Mais il se prépare au cas où. Au cas où Nicolas Sarkozy sorte vainqueur de la primaire. Donc dans sa tête, il est déjà candidat. François Bayrou a toujours dit : "Je ne peux pas me résoudre à n'avoir le choix qu'entre trois bulletins, celui de Nicolas Sarkozy, celui de François Hollande et celui de Marine Le Pen". Si c'est le cas, alors il y aura un bulletin François Bayrou. Ce qu'il n'a pas anticipé c'est qu'il pourrait  y avoir un autre bulletin, qui sait, celui d'Emmanuel Macron. Pour François Bayrou, ce serait une sacrée concurrence.

Pourtant, les deux hommes ne disent pas des choses si différentes sur l'économie, sur l'usure sur système politique. François Bayrou c'était l'UDF ; et l'UDF, c'était "l'entreprise". D'ailleurs une partie des centristes de l'UDI ont déjà tendu la main à Emmanuel Macron, plutôt que d'attendre une hypothétique candidature Bayrou. C'est peut-être aussi ce qui agace François Bayrou. Lui qui, avec quarante années de vie politique derrière lui, voit surgir un jeune homme de 38 ans qui, comme un coucou, vient s'installer dans son nid.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/