1 min de lecture Bertrand Delanoë

VIDÉO - Pollution à Paris : "J'ai mené une politique volontariste pour la faire baisser", affirme Bertrand Delanoë

INVITÉ RTL - Le maire de Paris met en avant une baisse de 35% des émissions de particules fines.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Bertrand Delanoë : "Avec François Hollande, nous sommes sûrs qu'il y a l'indépendance de la justice" Crédit Image : Damien Rigondeaud / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
micro générique
La rédaction numérique de RTL

"On ne règle pas le problème de la pollution au moment d'un pic". Alors que Paris a été récemment touchée par un pic de pollution exceptionnel, Bertrand Delanoë se défend de n'avoir pas agi pour réduire le phénomène dans la capitale. "J'ai mené une politique volontariste pour faire baisser la pollution, affirme-t-il. J'ai fait les couloirs de bus, le tramway, le Vélib' et Autolib'".

Le maire de Paris en profite pour faire son bilan en matière écologique, à quelques jours de son départ de l'Hôtel de ville. "J'ai réduit les particules fines de 35% et les gaz à effet de serre de 13%. Le plomb et le bunsen ont également disparu", affirme-t-il. Bertrand Delanoë reste toutefois conscient que des efforts restent à faire : "Il faut continuer à faire baisser la pollution et il faudra continuer de manière dynamique".

La ville de Paris s'est opposée au bus diesel

Il en profite pour adresser quelques tacles à Nathalie Kosciusko-Morizet, très critique envers son administration. "Elle a dit que le tramway était anti-social, elle s'est opposée à Vélib' autour de Paris et la centrale photovoltaïque m'a coûté deux millions d'euros de plus", attaque-t-il. Il ajoute : "Elle propose de faire des parkings dans Paris, des aspirateurs à voiture. Moi, j'ai baissé la circulation de 25% mais j'ai fait Autolib', qui est un succès. Je ne suis pas contre la voiture mais contre la pollution".

Reste l'épineuse question des 320 bus au diesel dont la RATP devrait prochainement recevoir livraison. "Je le regrette, affirme-t-il. Et Anne Hidalgo a raison de dire que les représentants de la ville de Paris se sont opposés". Celui qui occupe la fonction de maire depuis 13 ans tient toutefois à défendre une nouvelle fois son action. "Quand je suis arrivé, pratiquement tous les véhicules étaient diesel. Aujourd'hui, les deux tiers de tous les véhicules de la Ville sont sans diesel. Depuis trois ans, les marchés que nous passons interdisent le diesel".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bertrand Delanoë Nathalie Kosciusko-Morizet Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants