2 min de lecture Homoparentalité

PMA : "C'est la marchandisation des gamètes", dit la porte-parole des Républicains

Alors que l'ordre des médecins et la ministre de la Santé sont favorables à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes homosexuelles, la porte-parole des Républicains défend le principe d'égalité entre les femmes et les hommes et craint que le débat ne s'ouvre sur celui de la GPA.

Yves Calvi 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
"La PMA, c'est la marchandisation des gamètes", dit la porte-parole des Républicains Crédit Image : Unsplash/Brooke Cagle | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Émilie Baujard
Emilie Baujard et Leia Hoarau

C'est un pas de plus vers l'extension de la PMA aux couples de femmes. L'ordre des médecins n'est pas opposé à l'extension de la PMA. Un projet de loi est prévu avant la fin de l'année, la ministre de la Santé Agnès Buzyn l'a répété à ce micro, mercredi 19 septembre. Car pour l'instant, c'est vers l'étranger que doivent se tourner les femmes qui veulent faire appel à la Procréation médicalement assistée...

Mais qui sont ces femmes qui ont recours à la PMA à l'étranger ? Il y a d'abord celles pour qui la PMA est interdite en France : les femmes célibataires, celles âgées de plus de 43 ans et les couples homosexuels. Et puis il y a les couples hétérosexuels qui ont épuisé toutes les démarches autorisées en France, c'est-à-dire 6 inséminations artificielles et 4 fécondations in vitro. Toutes ces femmes et ces couples se tournent alors vers l'étranger : l'Espagne, la Belgique et la République Tchèque.

Dans ces pays, la PMA est autorisée mais payante. Il faut débourser entre 4.000 et 10.000 euros pour concevoir un enfant. On ne connaît pas le nombre exact de femmes qui ont recours à la PMA à l'étranger. Elles sont sûrement plusieurs milliers. Une fois enceintes, elles sont suivies en France, comme pour n'importe quelle grossesse et sans risque de poursuites pénales.

À lire aussi
L'hôpital de Perpignan pyrénées-orientales
Perpignan : les urgences accusées de discrimination par un couple homoparental

"On reçoit quotidiennement des patientes françaises"

Annick Delvigne, chef du service du centre de PMA de la clinique Saint-Vincent à Liège, en Belgique, voit beaucoup de Françaises franchir les portes de sa clinique. "On a quotidiennement des patientes françaises qui sont en cours de traitement, et de façon hebdomadaire, on reçoit plusieurs nouveaux couples qui viennent avec leur demande de PMA".

Selon elle, la démarche "est pénible pour ces patientes Françaises de devoir se déplacer, renoncer à la prise en charge par l'État de leurs soins de santé". La spécialiste précise que, pour ces femmes, procéder à une PMA dans un pays étranger "n'est pas un premier choix : elles préfèrent être prises en charge par leur médecin, dans leur région, avec une prise en charge par la Sécurité sociale".

C'est un chantage inacceptable

Annick Delvigne, chef du service du centre de PMA de la Clinique Saint-Vincent (Liège, Belgique)
Partager la citation

La spécialiste précise que les décisions prises par l'État français sont, selon elle, "surprenantes au regard par exemple de la littérature scientifique sur le bien-être des enfants élevés dans des couples homoparentaux, au regard de l'évolution de la société et parfois des autorisations un peu particulières en France pour la préservation de la fertilité". Pour Annick Delvigne, cette situation reflète "un chantage inacceptable".

Pour Laurence Sailliet, porte-parole des Républicains, le parti ne changera pas d'avis concernant la PMA sans père : "Nous y sommes opposés pour deux raisons : la pénurie de sperme qui, actuellement en France, nous expose à une marchandisation des gamètes humains".

L'autre raison repose sur l'éternelle question d'égalité entre les hommes et les femmes : "Pourquoi on autoriserait deux femmes à avoir des enfants, et pas deux hommes ?". Une question qui débouche inévitablement sur un autre débat : celui de la légalisation de la GPA pour les hommes, pour laquelle les Républicains se disent contre également : "c'est la marchandisation du corps de la femme".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Homoparentalité PMA Égalité hommes-femmes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794844274
PMA : "C'est la marchandisation des gamètes", dit la porte-parole des Républicains
PMA : "C'est la marchandisation des gamètes", dit la porte-parole des Républicains
Alors que l'ordre des médecins et la ministre de la Santé sont favorables à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes homosexuelles, la porte-parole des Républicains défend le principe d'égalité entre les femmes et les hommes et craint que le débat ne s'ouvre sur celui de la GPA.
https://www.rtl.fr/actu/politique/pma-c-est-la-marchandisation-des-gametes-dit-la-porte-parole-des-republicains-7794844274
2018-09-20 12:46:33
https://cdn-media.rtl.fr/cache/1e_V606mUM-c_YioNFC44g/330v220-2/online/image/2018/0613/7793734037_l-association-osez-le-feminisme-demande-l-ouverture-de-la-pma-a-toutes-les-femmes.jpg