1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pape Diouf : "Nous ne ferons pas d'alliance avec qui que ce soit"
2 min de lecture

Pape Diouf : "Nous ne ferons pas d'alliance avec qui que ce soit"

Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, a indiqué ne pas vouloir faire "d'alliance avec qui que ce soit" pour le second tour des élections municipales, après le sérieux revers de la gauche, notamment à Marseille.

Pape Diouf à Marseille le 4 février 2014
Pape Diouf à Marseille le 4 février 2014
Crédit : AFP / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
La rédaction numérique de RTL & AFP

Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, dont les listes avoisinent les 6% au premier tour des municipales à Marseille, a indiqué lundi 24 mars au soir : "Nous ne ferons pas d'alliance avec qui que ce soit" pour le second tour.

"Ce n'est pas moi qui ait enfanté ce monstre qu'est le Front national"

"Nous estimons que si alliance il y avait besoin, nous l'aurions fait depuis le début", a indiqué à l'AFP l'ancien président de l'OM, qui se présentait pour la première fois à une élection. "Notre démarche, elle est citoyenne, je ne vois pas pourquoi nous ne ferions pas confiance au libre arbitre des citoyens", a-t-il déclaré, à l'issue d'une rencontre avec ses colistiers.

La gauche ce n'est pas une marque

Pape Diouf

Alors que le FN est arrivé deuxième dans l'ensemble de la ville, (23,16%) derrière les listes du maire sortant Jean-Claude Gaudin (37,64%), Diouf indique que ce "n'est pas (son) problème (si il fait) du mal à l'un ou à l'autre".
"Ce n'est pas moi qui ait enfanté ce monstre qu'est le Front national", a-t-il estimé, ajoutant : "La gauche ce n'est pas une marque, c'est d'abord un comportement, des valeurs humanistes".

Appel du PS

Pape Diouf est ainsi resté sourd à l'appel de la colistière du candidat socialiste Patrick Mennucci, Laurence Vichnievsky qui dans l'après-midi lui avait lancé un appel.

Ce n'est pas le FN qui va résoudre les problèmes des gens

Pape Diouf
À lire aussi

"J'appelle Pape Diouf et ses colistiers de 'Changer la donne', parmi lesquels nombreux sont mes amis, à rejoindre le combat de Patrick Mennucci pour rompre avec les pratiques de la classe politique à Marseille et tourner la page du guérinisme", avait précisé la magistrate dans un communiqué.
Pour l'entre-deux tours, le populaire ex-président de l'OM a par ailleurs indiqué qu'il allait, avec ses colistiers, "bouger" notamment "en parlant avec les abstentionnistes" ou "en disant que ce n'est pas le FN qui va résoudre les problèmes des gens. On ne lâchera pas ceux qui nous ont fait confiance".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/