1 min de lecture Droits des femmes

Outrage sexiste : Belloubet "pas choquée" si la contravention était fixée à 150 euros

LE GRAND JURY - La loi contre les violences sexistes et sexuelles sera présentée en Conseil des ministres le 7 mars, à la veille de la Journée internationale des droits des femmes.

Benjamin Sportouch Le Grand Jury Benjamin Sportouch
>
Le Grand Jury de Nicole Belloubet, le 28 janvier 2018 Crédit Image : Capture d'écran LCi | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
109996784729281669890
Clarisse Martin

Marlène Schiappa ferraille contre les violences faites aux femmes depuis son entrée au gouvernement d'Édouard Philippe. Le 7 mars, à la veille de la Journée internationale des droits des femmes, son projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles sera présenté en conseil des ministres. Un texte dans lequel figurera un nouveau délit, celui d'outrage sexiste, qui sera puni par une contravention.

Invitée du Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI dimanche 28 janvier, Nicole Belloubet a fait part de sa solidarité avec son homologue au gouvernement en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes sur ces questions-là. "Je travaille avec elle sur ces sujets, en tant que ministre de la Justice", a commencé la garde des Sceaux, en saluant le travail de Marlène Schiappa et soulignant sa "volonté de prendre en compte la détresse d'un certain nombre de femmes".

Selon le rapport parlementaire contre le harcèlement de rue, révélé par La Croix, ce délit d'outrage sexiste, consistant en un "comportement qui constitue une atteinte à la liberté de circulation des femmes dans les espaces publics et porte atteinte à l'estime de soi et au droit à la sécurité", pourrait être puni d'une amende forfaitaire de 90 euros si elle est réglée sur le champ. Payée plus tardivement, elle pourrait s'élever jusqu'à 350 euros, détaille également le quotidien.

À lire aussi
Bertrand de Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens avortement
IVG assimilée à un "homicide" : le chef de file des gynécos regrette la polémique


Interrogée au sujet de ce montant mercredi 24 janvier, Marlène Schiappa a estimé qu'elle le jugeait "peut-être un peu faible". Une opinion que semble partager Nicole Belloubet. Ce chiffre n'est "absolument pas arrêté", a précisé la ministre sur RTL. "Je ne serais pas choquée qu'on puisse aller jusqu'à une contravention de 135 - 150 euros. Je ne suis pas définitive sur cette question-là", a prudemment déclaré Nicole Belloubet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droits des femmes Nicole Belloubet Marlène Schiappa
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792017926
Outrage sexiste : Belloubet "pas choquée" si la contravention était fixée à 150 euros
Outrage sexiste : Belloubet "pas choquée" si la contravention était fixée à 150 euros
LE GRAND JURY - La loi contre les violences sexistes et sexuelles sera présentée en Conseil des ministres le 7 mars, à la veille de la Journée internationale des droits des femmes.
https://www.rtl.fr/actu/politique/outrage-sexiste-belloubet-pas-choquee-si-la-contravention-etait-fixee-a-150-euros-7792017926
2018-01-28 15:15:58
https://cdn-media.rtl.fr/cache/26IX6wa7h17pM9dj7vZxRw/330v220-2/online/image/2018/0128/7792018481_nicole-belloubet-invitee-du-grand-jury-rtl-le-figaro-lci.PNG