1 min de lecture Nicolas Sarkozy

NKM dénonce "l'attention marquée du pouvoir" envers Nicolas Sarkozy

La candidate UMP à la mairie de Paris a dénoncé "l'attention marquée du pouvoir" à l'égard de Nicolas Sarkozy et a critiqué des arguments de "régimes totalitaires".

La candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, le 13 février 2014 (archives).
La candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, le 13 février 2014 (archives). Crédit : AFP / MIGUEL MEDINA
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Il y a une attention marquée du pouvoir en place à l'égard de Nicolas Sarkozy et cette attention n'est pas faite que de choses aimables", a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet sur France Inter. "On est en crise, on a quelques problèmes, ça fait des mois maintenant que le président de la République nous promet le choc de simplification: aucune nouvelle. Le pacte de responsabilité: ça n'avance toujours pas. L'inversion de la courbe du chômage, je n'en parle même pas. Et il passe du temps à recevoir les journalistes qui écrivent contre Nicolas Sarkozy le jour où ils sortent leur article. Franchement, ça interroge", a appuyé la candidate à la mairie de Paris.

Le Journal du Dimanche, s'appuyant sur l'agenda privé du chef de l’État, a révélé l'existence d'un rendez-vous entre François Hollande et les deux journalistes du Monde auteurs de l'enquête révélant le placement sur écoutes judiciaires de Nicolas Sarkozy, le 7 mars en début de soirée, soit quelques heures après la publication de leur travail. Interrogés par le JDD, les deux journalistes et l'Elysée ont confirmé cet entretien, prévu de longue date et consacré selon eux à la préparation d'un ouvrage sur l'actuel chef de l’État.

Quand on voit la façon dont il est surveillé, écouté, espionné, on se dit qu'il n'avait pas forcément tort.

NKM sur la ligne téléphonique utilisée par Nicolas Sarkozy sous un nom d'emprunt.
Partager la citation

Invitée à commenter le fait que Nicolas Sarkozy avait utilisé une ligne téléphonique sous un nom d'emprunt, NKM a répondu: "quand on voit la façon dont il est surveillé, écouté, espionné, on se dit qu'il n'avait pas forcément tort". L'ancienne porte-parole de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy s'en est également prise à Benoît Hamon, le ministre de la Consommation, "qui a dit, quand même, quand on n'a rien à se reprocher, on n'a pas peur d'être écouté". "Ce genre d'arguments, c'est celui qui justifie tous les régimes totalitaires", a accusé NKM.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Info Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants