2 min de lecture Polémique

Nicolas Domenach : "Le 'nouveau monde' politique devrait se méfier de l'ancien"

BILLET - Le tennisman suisse Roger Federer est redevenu ce week-end numéro 1 mondial à l'âge de 36 ans, ce qui est un record. Pour le journaliste Nicolas Domenach, il y a sans doute là quelques leçons politique à tirer.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Nicolas Domenach : "Le 'nouveau monde' politique devrait se méfier de l'ancien" Crédit Image : AFP / Christophe Ena | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Nicolas Domenach
Nicolas Domenach et Loïc Farge

Que ce fabuleux tennisman redevienne numéro 1 des seigneurs de la balle à 36 ans, six mois et onze jours, voilà qui nous laisse beaucoup d'espoir. Roger Federer est désormais un modèle pour nous tous, lui qui a vaincu le temps.

Lui, que certains envoyaient à la retraite il y a quelques mois, a effectué un retour incroyable, en changeant de jeu, de revers, en attaquant plus tôt, et toujours fair-play. La classe. Au point que même ceux qui jouent contre lui sont pour lui. Car Federer aime le tennis, il est le tennis.

Et il fait rêver au-delà du tennis, ces hommes politiques d'un certain âge que beaucoup ont mis trop rapidement au rencart depuis la victoire insolente d'Emmanuel Macron alors qu'il n'avait pas atteint 40 printemps.

Le "nouveau monde" devrait se méfier de l'ancien. L'avenir n'appartient pas forcément aux jeunes. Les vieux vont leur mener une guerre sans pitié. Regardez à l'étranger déjà comme ils s'accrochent.

À lire aussi
L'Assemblée nationale antisémitisme
Antisémitisme et antisionisme : pourquoi une proposition LaREM fait polémique

Telle Angela Merkel, 63 ans, qu'on disait pourtant à bout de souffle il y a quelques mois.  Et le British Jeremy Corbyn, leader de l'opposition à Theresa May, et peut-être demain prendra-t-il sa place de premier ministre en dépit de ses 68 automnes ?

Pour les petiots, la fulgurante conquête de l'Élysée par maxi-Macron serait la norme

Partager la citation

En France aussi, les jeunes générations ont du souci à se faire avec les anciens. Ah ils sont beaux et frais ces jeunots. On leur presserait le nez, il en sortirait du Coca light. Ils imaginent, ces petiots, que la fulgurante conquête de l'Élysée par maxi-Macron serait la norme désormais.

Mais regardez dans quelques grandes villes comme la relève va devoir une nouvelle fois se morfondre en salle d'attente. À Bordeaux, il ne lâchera pas la mairie Alain Juppé avec ses 72 ans. Et je ne vous parle pas de ces anciens qui vont nous jouer "L'Élysée, le retour !"

Et d'abord Nicolas Sarkozy. L'ancien président n'a en rien décroché, et il a toujours l'énergie de ses tendres années. Ce jeune homme n'a que 63 ans, c'est-à-dire les 36 à l'envers de Roger Federer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Emmanuel Macron Alain Juppé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants