2 min de lecture Info

Municipales à Paris : nouvelle affiche de Nicolas Miguet contre Anne Hidalgo

Homme politique au passé judiciaire chargé, le président du Rassemblement des contribuables français (RCF) a diffusé une nouvelle affiche "sauvage" hostile à la candidate PS à la mairie de Paris.

Nicolas Miguet, le 19 janvier 2014, à Paris. (archives)
Nicolas Miguet, le 19 janvier 2014, à Paris. (archives) Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La mairie de Paris et l'équipe de campagne de la candidate PS à la mairie de Paris Anne Hidalgo se sont insurgé vendredi 7 mars contre la nouvelle campagne d'affichage sauvage de Nicolas Miguet, qui a présenté à la presse une seconde affiche anti-Hidalgo.

 
Dans un communiqué, l'adjoint au maire à la propreté, Mao Péninou, s'est indigné que Miguet donne ainsi publicité à un "délit" d'affichage illégal. Nicolas Miguet, homme politique au passé judiciaire chargé qui a fait de la défense des contribuables son cheval de bataille, a affirmé avoir tiré à 10.000 exemplaires cette nouvelle affiche, qui proclame au-dessus du portrait détourné de Hidalgo: "Le pire est à venir".

En dessous, un petit texte demande: "Parisiennes, Parisiens, attention: si vous voyez un agent de la ville payé par vos impôts arracher cette affiche, prenez-le en photo et envoyez-la nous".

L'éditeur de presse boursière et président du parti RCF (Rassemblement des contribuables français) s'est trouvé au centre d'une polémique la semaine dernière pour une campagne d'affichage sauvage prenant déjà pour cible Hidalgo. 

À lire aussi
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique reportage
Vous êtes comme ça du 25 septembre 2020

Anne Hidalgo avait alors dénoncé le "soutien" à Nathalie Kosciusko-Morizet de l'homme d'affaires et demandé "une condamnation" de la part de sa rivale UMP. Les directeurs de campagne d'Anne Hidalgo avaient eux pointé du doigt le coût de cette campagne d'affichage (impression et pose) et estimé qu'il devait être intégré aux comptes de campagne de NKM. Vendredi, ils ont de nouveau demandé à la candidate UMP de "condamner fermement la campagne d'affichage illégal de Nicolas Miguet". 

De son côté, l'UMP parisienne avait menacé de saisir la commission nationale des comptes de campagne, en reprochant aux socialistes d'utiliser les moyens de l'Hôtel de ville pour faire disparaître toute trace de cet affichage sauvage. Miguet a précisé qu'il avait 350 adhérents à Paris, quelques 3 à 4.000 militants à jour de cotisations en France et plus de 12.000 noms dans le fichier de RCF.

Les candidats au scrutin parisien sont : Anne Hidalgo pour le PS, Nathalie Kosciusko-Morizet pour l’UMP, Christophe Najdovski pour EELV, Wallerand de Saint-Just pour le FN, Danielle Simonnet pour le PG, Charles Beigbeder (Paris libéré), exclu de l'UMP. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants