5 min de lecture François Hollande

"Moi, président" à mi-mandat : que reste-t-il de l'anaphore de François Hollande ?

ÉCLAIRAGE - Le chef de l'État avait énoncé une quinzaine de promesses lors du débat de l'entre-deux tours de la présidentielle 2012. Il n'a pas été en mesure de toutes les tenir.

François Hollande et Nicolas Sarkozy lors du débat de l'entre-deux tours de la présidentielle 2012
François Hollande et Nicolas Sarkozy lors du débat de l'entre-deux tours de la présidentielle 2012 Crédit : PATRICK KOVARIK / POOL / AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

C'est un moment qui a marqué l'histoire des élections présidentielles et plus précisément des débats de l'entre-deux tours. Le 2 mai 2012, pris d'un élan de lyrisme inattendu, François Hollande déclame face à Nicolas Sarkozy une longue tirade anaphorique sur ce que sera son mandat élyséen.

Celui qui n'est alors que candidat réalise avec son Moi, président de la République une tirade de près de trois minutes qui sera largement décriée par l'opposition et marquera durablement son quinquennat. Le chef de l'Etat a cependant énoncé une série de promesses qu'il n'a pas forcément été en mesure de respecter.

Les promesses non tenues

"Moi président de la République,

1) Je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l'Elysée." La première annonce du futur président est également celle qu'il brisera le plus rapidement. En soutenant la candidature de Ségolène Royal lors des élections législatives de 2012. 

"Dans cette circonscription de Charente-Maritime, Ségolène Royal est l’unique candidate de la majorité présidentielle qui peut se prévaloir de mon soutien et de mon appui", déclarait-il alors dans un communiqué publié peu après le fameux tweet de Valérie Trierweiler.

À lire aussi
François Hollande à Paris, en 2017 Lille
François Hollande "regrette" avoir été empêché de tenir une conférence à Lille

L'émergence des frondeurs du Parti socialiste et les divisions de la gauche ont également poussé François Hollande à appeler sa famille politique au rassemblement. "Ma tâche, mon rôle, mon devoir, c'est de réunir, de faire comprendre que nous sommes tous ensemble, que nous avons besoin de destin commun, de bien commun, de lien commun et de sens commun pour vivre ensemble. C'est ça, le message de la République", a-t-il déclaré lors du Congrès de la Fédération Léo Lagrange, en octobre dernier, à Dijon.

2) J'aurai aussi à cœur de ne pas avoir un statut pénal du chef de l’État ; je le ferai réformer..." Le statut pénal du président de la République n'a pas été modifié malgré le vote d'une loi touchant à son statut. Seul l'aspect civil de sa fonction a été modifié.

3) Les ministres ne pourront pas cumuler leur fonction avec un mandat local, parce que je considère qu'ils devraient se consacrer pleinement à leur tâche." Plusieurs ministres sont toujours membres de conseils régionaux, généraux ou municipaux.

Récemment invitées d'On n'est pas couché sur France 2, Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine ont notamment dû s'en expliquer. "Être ministre ne m'a pas empêché d'être conseillère générale ces dernières années, puisque cela fait deux ans. En réalité j'ai toujours considéré qu'avoir un ancrage local et territorial dans ma ville est une bonne chose", a affirmé la ministre de l'Éducation nationale, reprenant à son compte l'un des arguments des... opposants au non-cumul des mandats, qui s'appliquera à partir de 2017.

4) J'introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives (...) de 2017." François Hollande a encore deux ans et demi pour respecter sa promesse mais l'avait complètement mise de côté, au point de ne plus jamais l'évoquer jusqu'en août dernier. "J'y suis prêt", a-t-il assuré au Monde. Certaines rumeurs font état du désir du président de la République de faire voter la proportionnelle intégrale avant de dissoudre l'Assemblée nationale, afin de conserver une chance de former une nouvelle majorité.

Les promesses tenues

"Moi président de la République, 

5) Je ne traiterai pas mon premier ministre de collaborateur." Ni Jean-Marc Ayrault ni Manuel Valls n'ont été affublés de ce qualificatif, au contraire de François Fillon sous Nicolas Sarkozy.

6) Je ne participerai pas à des collectes de fonds pour mon propre parti, dans un hôtel parisien." Le président de la République n'a, non seulement, jamais participé à des collectes de fonds mais le Parti socialiste n'en a pas non plus organisé.

7) Je n'aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserai ça à des instances indépendantes." La nomination des présidents de chaîne incombe désormais au CSA.

8) Je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d'hommes." Le gouvernement a toujours été paritaire ou proche de l'être, avec une femme ou un homme en plus, les remaniements successifs ayant parfois créé un léger déséquilibre. L'exécutif compte actuellement dix-sept hommes (huit ministres, neuf secrétaires d'État) pour seize femmes (huit ministres, huit secrétaires d'État).

9) Je ferai un acte de décentralisation, parce que je pense que les collectivités locales ont besoin d'un nouveau souffle..." Le gouvernement a présenté un projet de loi de modernisation de l'action publique territoriale en 2013 promulguée le 27 janvier 2014.

10) Je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés (...) et que nous puissions avoir régulièrement une discussion pour savoir ce qui relève de la loi, ce qui relève de la négociation." L'accord national interprofessionnel et le pacte de responsabilité ont notamment été négociés par les syndicats de salariés et de patrons.

11) J'engagerai de grands débats (...) il est légitime qu'il puisse y avoir (...) de grands débats citoyens." Du mariage pour tous au gaz de schiste, plusieurs grands débats ont été organisés par le pouvoir en place.

Difficile de se prononcer

"Moi président de la République, 

12) Je ferai fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerai pas les membres du parquet alors que l'avis du Conseil supérieur de la magistrature n'a pas été dans ce sens." Aucun membre du parquet n'a été nommé contre l'avis du Conseil. L'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy et les difficultés du gouvernement à s'expliquer ont toutefois jeté un doute sur l'implication du pouvoir dans une affaire de justice.

13) Je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire." S'il est difficile de juger de l'exemplarité d'une personne, on peut considérer que l'étalage sur la place publique de la vie privée du Président et les affaires qui ont agité ses collaborateurs - Jérôme Cahuzac, Aquilino Morelle - ont entaché l'idyllique "République exemplaire".

14) Il y aura un code de déontologie pour les ministres, qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d'intérêts." Le 12 juillet 2012, Le Canard enchaîné révèle que Laurent Olléon (époux de Fleur Pellerin), Boris Vallaud (mari de Najat Vallaud-Belkacem) et l’épouse d’Aquilino Morelle bénéficient de postes au sein de ministères, suscitant quelques soupçons de "copinage" que la gauche avait dénoncé lorsque la droite était au pouvoir. Selon des indiscrétions récentes, Boris Vallaud pourrait même être prochainement nommé secrétaire général adjoint de l'Éysée.

Suspecté d'avoir travaillé pour des laboratoires pharmaceutiques
alors qu'il était membre de l'Inspection générale des affaires sociales, Aquillino Morelle a dû quitter son poste de conseiller du président de la République.

15) J'essaierai d'avoir de la hauteur de vue (...) mais je ne m'occuperai pas de tout..." D'abord en retrait, François Hollande s'est ensuite grandement impliqué dans les réformes. La nomination de Manuel Valls lui a permis de ne plus se mettre systématiquement en avant.

Les Français semblent d'ailleurs vouloir que le Président soit véritablement en retrait. Selon un sondage Odoxa pour RTL, ils sont 71% à considérer que le Premier ministre devrait mener la politique du pays jusqu'à la fin du quinquennat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Moi Président Présidentielle 2012
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants