4 min de lecture Parti socialiste

Manuel Valls : les 6 principales propositions de son programme

ÉCLAIRAGE - "Rien n'est écrit", a affirmé le candidat de la primaire de la gauche. Il affrontera Benoît Hamon pour le second tour.

Manuel Valls a dévoilé son programme à la Maison de la Chimie à Paris le 3 janvier 2017
Manuel Valls a dévoilé son programme à la Maison de la Chimie à Paris le 3 janvier 2017 Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Les "promesses" de Benoît Hamon sont "irréalisables". Manuel Valls attaque fort son rival et entame ainsi le second tour de la primaire de la gauche. Selon les résultats communiqués par le site officiel du scrutin, Benoît Hamon a obtenu 36,02%, contre 31,31% pour Manuel Valls, 17,19% pour Arnaud Montebourg, 6,77%, pour Vincent Peillon, 3,77% pour François de Rugy, 2% pour Sylvia Pinel et 1,02% pour Jean-Luc Bennahmias.

L'ancien premier ministre aura mené une campagne expresse. Dix-neuf jours avant le premier tour de la primaire de la gauche, Manuel Valls avait dévoilé son programme, à la Maison de la Chimie à Paris. Son programme tient en un document multi-thématique de 50 pages qui comporte un volet important que les réformes au sein de l'Union européenne. Face au "déclinisme", au "renoncement" et à la "vaste purge" de la droite et du Front national, "je suis candidat à la présidence de la République parce que je ne crois ni à la facilité, ni à la résignation", a insisté Manuel Valls, dont la candidature sera aussi "celle d'une laïcité réaffirmée".

1. Réduire le nombre de députés et sénateurs

Manuel Valls part du constat que "l'éloignement des citoyens vis-à-vis de leurs dirigeants ne doit pas être une fatalité". Afin de répondre "à cette crise de défiance", le candidat de la primaire de la gauche souhaite "mieux associer les citoyens à la fabrication de la loi, revaloriser le rôle du Parlement, faire que les décisions soient prises au bon niveau en poursuivant la décentralisation et en encourageant le dialogue social à tous les niveaux".

Il propose ainsi la réduction du nombre de députés et de sénateurs. il souhaite néanmoins "donner plus de moyens pour mieux exercer leurs fonctions essentielles de contrôle de l’exécutif et d’évaluation de la loi". À cela s'ajoutent d'autres mesures : limiter le cumul des fonctions et imposer un maximum de trois mandats consécutifs et permettre au public de consulter les projets de loi avant transmission officielle au Parlement (hors volet budgétaire des textes financiers et textes soumis à une urgence extrême).

2. Supprimer le 49.3

À lire aussi
Paris
Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo prendra une décision sur sa candidature "à l'automne"

Cette mesure aura marqué la campagne de Manuel Valls. Défenseur du 49.3 lorsqu'il était premier ministre, le candidat a créé la surprise en annonçant : "Je connais parfaitement les effets pervers du 49.3, je suis lucide et puis j’ai appris, et puis on prend du recul (…). Son utilisation est dépassée et apparaît comme brutale. (…) Je proposerai de supprimer purement et simplement le 49.3".

Invité de L'Émission Politique sur France 2, le candidat assurait avoir "tiré les leçons de l'expérience". Il justifiait le recours au 49.3, en expliquant qu'on lui avait "imposé". "J'ai obtenu l'accord de la très grande majorité des députés socialistes, j'ai obtenu l'accord des syndicats réformistes mais je n'ai pas trouvé l'accord d'une cinquantaine de députés socialistes. Il fallait à ce moment l'imposer", a-t-il insisté en taclant ainsi les députés frondeurs.

3. Défiscaliser les heures supplémentaires

"Je propose qu'on revienne sur une erreur qui a été commise". Manuel Valls expliquait sur BFMTV vendredi 20 janvier qu'il souhaitait mettre en place la défiscalisation des heures supplémentaires : "Je propose la suppression des cotisations sur les heures supplémentaires, je ne propose pas de supprimer les cotisations patronales sur les heures supplémentaires parce que je veux donner du pouvoir d'achat aux salariés et la possibilité de créer des emplois".

4. Une politique offensive sur la mondialisation

"J'assume pleinement ce qui a été engagé" avec François Hollande depuis 2012. "Mais je revendique aussi le droit d'inventivité", a-t-il expliqué. Jugeant des écarts déloyaux au sein de l'Union européenne, l'ancien premier ministre veut être "offensif dans la mondialisation" en taxant "les produits entrant en violation de nos règles sociales et environnementales". Il propose notamment d'instaurer un salaire minimum européen variable suivant les pays (60% du salaire médian) ou d'encadrer dans un "corridor", avec un minimum et un maximum, les impôts sur les sociétés des États membres.

L'ex-locataire de Matignon, qui veut une grande conférence pour "refonder" le projet européen, propose d'avancer avec les États volontaires faute d'accord à 27. S'il parvient à l'Élysée, il compte fermer définitivement la porte à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

5. Un "revenu décent" de 800 euros

"Il n’y a pas de citoyen libre sans revenu suffisant", affirme Manuel Valls. L'ancien premier ministre de François Hollande souhaite créer un revenu décent "issu de la fusion de minimas sociaux qui sera attribué, sous conditions de ressources, à toute personne âgée de plus de 18 ans résidant régulièrement sur le territoire national". Sur son site, il explique que "l’accès devra être aussi simple et légitime que de bénéficier d’allocations familiales lorsqu’on a des enfants ou du remboursement de ses soins lorsqu’on est malade".

Manuel Valls souhaite aussi "garantir le droit de chacun d’accéder à la formation en faisant en sorte que toute personne qui a le besoin immédiat d’une qualification (jeune sans diplôme, chômeur qui doit se reconvertir) puisse le faire (avec des heures inscrites sur le Compte personnel d’activité immédiatement)". 

6. Service civique obligatoire de six mois

Manuel Valls, donné pour l'heure nettement distancé par les sondages à la présidentielle en cas de victoire à la primaire de la gauche, fait également plusieurs autres promesses, dont un service civique obligatoire de six mois. Sur Twitter, le candidat explique vouloir "tout mettre en oeuvre pour diviser par deux l'écart de salaire entre hommes et femme en cinq ans". Autres mesures : un prêt à taux zéro pour les entrepreneurs et une revalorisation de 10% des minimas retraite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste Présidentielle 2017 Manuel Valls
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants