1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Manuel Valls : "Le régime syrien ne peut en aucun cas être un partenaire"
2 min de lecture

Manuel Valls : "Le régime syrien ne peut en aucun cas être un partenaire"

Le Premier ministre réfute toute éventualité de "coopération anti-terroriste" avec Bachar Al-Assad dans la lutte contre Daesh.

Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 25 novembre
Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 25 novembre
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Christophe Chafcouloff & AFP

Alors que François Hollande poursuit son marathon diplomatique pour convaincre les grandes puissances de constituer une coalition globale contre le groupe État islamique, son Premier ministre a mis les points sur les i quand à la position de la France vis à vis de Bachar Al-Assad.


"Non le régime syrien ne peut en aucun cas être un partenaire, non la coopération anti-terroriste ne peut être ni envisageable ni utile avec ce régime qui lui-même recourt à la terreur", a lancé Manuel Valls dans un discours prononcé ce mercredi 25 novembre à l'Assemblée nationale, défendant la prolongation de l'intervention française en Syrie

"Ce n'est pas envisageable aujourd'hui, comme cela ne l'était pas en mars 2012", a-t-il poursuivi, répétant à trois reprises "en mars 2012", en marquant des pauses pour rappeler qu'à cette époque, Nicolas Sarkozy était président de la République. "En mars 2012, quand la France a pris la juste décision de rompre les relations avec la Syrie au lendemain des massacres de Deraa et de Homs", a complété le Premier ministre.

Valls a rappelé les dérives du régime de Damas

Il a appelé les députés également à "se souvenir qu'en août 2012, certains de ceux qui exigent un bouleversement de notre politique vis-à-vis du régime syrien n'avaient pas de mots assez durs pour le condamner et exhortaient le président de la République et le gouvernement à agir fortement pour marquer l'opposition au régime". 

À lire aussi

En août 2012, intervenant publiquement pour la première fois depuis sa défaite à la présidentielle, Nicolas Sarkozy avait demandé une intervention en Syrie, dans un communiqué commun avec le principal chef de l'opposition syrienne, le président du conseil national syrien Abdebasset Sieda. Ils y demandaient "une action rapide la communauté internationale pour éviter des massacres" en Syrie, y voyant de "grandes similitudes" avec la Libye un an plus tôt.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/