1 min de lecture Armée

Mali : il faut "empêcher la création d'un État Islamique en Afrique", dit un ancien officier

INVITÉ RTL - Jean-Paul Paloméros, ancien chef d'état-major de l'Armée de l'air, revient sur le décès des 13 membres de la force "Barkhane" lundi 25 novembre.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
RTL Midi du 26 novembre 2019 Crédit Image : KARIM SAHIB / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Romane Ganneval

Treize militaires français de l'opération Barkhane ont trouvé la mort le 25 novembre au Mali dans la collision accidentelle de deux hélicoptères qui appuyaient une attaque contre des jihadistes. Il s'agit de l'un des plus lourds bilans humains essuyés par l'armée française depuis l'attentat du Drakkar au Liban en 1983, qui avait fait 58 morts.

"Je souhaite rendre hommage aux soldats, à leurs chefs et à leurs familles", a déclaré Jean-Paul Paloméros, chef d'état-major de l'Armée de l'air de 2009 à 2012 sur RTL. "Dans un premier temps, il y a l'émotion, puis la colère. La colère de perdre ces jeunes gens qui se battent chaque jour pour la France."

Engagés au sol depuis quelques jours, des commandos traquaient un groupe de terroristes de l'État Islamique, repérés quelques heures plus tôt, qui évoluaient en pick-up et à motos. Très rapidement, des hélicoptères et une patrouille de Mirage 2000 ont été engagés pour coordonner l'ensemble des opérations. 

Il s'agissait d'une "opération très risquée"

Pour Jean-Paul Paloméros, il s'agissait d'une "opération de nuit très risquée. Mais il faut s'adapter constamment à la menace adverse et faire face à de nombreux imprévus. Malheureusement, sur un terrain de guerre, le risque zéro n'existe pas."

À lire aussi
Discours de Mark Esper, le secrétaire d'État à la défense, le 28 mars, au moment du départ du navire militaire pour New-York. États-Unis
Coronavirus : un navire-hôpital militaire de 1.000 lits a accosté à New York

Six ans après le début de l'intervention française au Mali, les violences jihadistes persistent dans le nord du pays et se sont propagées au centre du pays ainsi qu'au Burkina Faso et au Niger voisins. Depuis 2012, les hostilités, doublées de violences inter-communautaires, ont fait des milliers de morts et déplacé des centaines de milliers de civils. 

"Ce drame doit nous encourager à poursuivre notre mission, estime l'ancien chef d'état-major de l'Armée de l'air. Il faut à tout prix éviter la naissance d'un État-Islamique en Afrique. Pour cela nous avons besoin du soutien de tous les pays européens." Cet accident porte à 38 le nombre de soldats morts au Mali. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Armée Hélicoptère Jihad
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants