2 min de lecture Polémique

Les propos d'Alain Vidalies choquent la gauche

Le secrétaire d’État aux Transports a dérapé ce lundi en estimant qu'il valait mieux risquer de "discriminer" lors de contrôles aléatoires, renforcés à la suite de l'attentat du Thalys.

Alain Vidalies le 24 octobre 2014 (archives).
Alain Vidalies le 24 octobre 2014 (archives). Crédit : FRED TANNEAU / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Je préfère qu'on discrimine pour être efficace plutôt que rester spectateurs". Cette petite phrase, prononcée ce lundi matin 24 août par le secrétaire d'États aux Transports Alain Vidalies pour justifier l'augmentation des contrôle aléatoires dans les trains après l'attaque déjouée du Thalys a déclenché les passions.

Ses propos ont en effet été fortement commentés, notamment par la gauche. Sur Twitter, le député socialiste du Cher Yann Galut a été l'un des premiers à réagir. Sur son compte Twitter, il a estimé qu'"on ne peut accepter qu'un ministre se résigne à anticiper les discriminations", en appelant à Manuel Valls.

Interrogé par le Parisien.fr, il déplore une phrase "extrêmement malheureuse". "Il faut qu'Alain Vidalies mesure l'ambiguïté de ses propos. Un ministre ne peut envisager de courir le risque de discrimination. Il faut que Manuel Valls clarifie la position du gouvernement" poursuit-il sur le site du quotidien. "C'est quoi les critères de discrimination ? Le terrorisme n'a ni couleur, ni nationalité, ni sexe. Prendre le risque de la discrimination, c'est contraire aux fondamentaux de la République et cela est contre productif".

"On ne 'prend pas en compte' le risque de discrimination, on le combat"

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV
Partager la citation

La secrétaire nationale d'Europe Écologie-les Verts Emmanuelle Cosse s'est également mêlée du débat. Sur Twitter, elle interpelle le secrétaire d'États aux Transports : "on ne "prend pas en compte" le risque de discrimination, on le combat" (...) "Pour être efficace il faut se concentrer sur les individus en dérive et s'attaquer en amont aux racines du terrorisme".

À lire aussi
Édouard Philippe ira voir le film de Polanski politique
Édouard Philippe ira voir le film de Roman Polanski

Les Jeunes socialistes, dans une lettre ouverte à Alain Vidalies, se sont dits "déconcertés de (l')entendre approuver à la radio les pratiques discriminatoires dans les fouilles aléatoires, au nom de l'efficacité dans la lutte contre le terrorisme". Sur Twitter, le député PS des Hauts-de-Seine Alexis Bachelay regrette une telle résignation face à la lutte contre le terrorisme. "De tels propos nous affaiblissent".

Pas question "de prôner la moindre méthode discriminatoire"

Face à de tels remous, Alain Vidalies a souligné dans une déclaration écrite à l'AFP, que ses propos avaient "déclenché une polémique qui n'a pas de fondement, sauf à isoler une phrase de l'ensemble de (son) intervention", affirmant qu'il n'avait "bien entendu jamais été question de prôner la moindre méthode discriminatoire".

Selon lui, "dès lors que l'on parle de contrôle aléatoire, il est opposé le risque de discriminer. Ce risque existe, il faut le prévenir, sans renoncer à ces mesures indispensables pour la sécurité de tous. Les personnels de police et de sécurité chargés de cette mission essentielle de dissuasion exercent leur mission avec éthique et grand sens des responsabilités".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Alain Vidalies Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants