1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les avocats d'une jihadiste française jugée en Irak dénoncent "l'ingérence" de Le Drian
2 min de lecture

Les avocats d'une jihadiste française jugée en Irak dénoncent "l'ingérence" de Le Drian

Dans une lettre, les trois avocats de Melina Boughedir reprochent au ministre des Affaires étrangères d'avoir mis "une pression inacceptable sur la justice irakienne".

Jean-Yves Le Drian, à Aix-en-Provence
Jean-Yves Le Drian, à Aix-en-Provence
Crédit : ISA HARSIN/SIPA
Léa Stassinet & AFP

Ils dénoncent une "ingérence inacceptable" de la part du ministre des Affaires étrangères. Dans une lettre que se sont procuré RTL et l'AFP, Me William Bourdon, Me Martin Pradel, ainsi que Me Vincent Brengarth, avocats de la jihadiste française Mélina Boughedir, qui attend son procès en Irak dimanche 3 juin, ont dénoncé les propos de Jean-Yves Le Drian tenus sur LCI jeudi 31 mai.

"Vous avez entres-autres affirmé que notre cliente 'a combattu contre les unités
irakiennes' et que 'c’est à la justice irakienne de rendre son verdict à l’égard d’une terroriste
de Daesh qui a combattu contre l’Irak'", rappellent les avocats qui estiment que le ministre a ainsi fait preuve d'une "une complaisance indécente avec l’opinion publique" et qu'il avait "gravement foulé au pied les principes fondamentaux, la présomption d’innocence, la séparation des pouvoirs, les droits de la Défense et bien sûr le principe de non-ingérence dans les affaires d’un État étranger dont vous vous êtes souvent plu à rappeler la souveraineté". 

Mais surtout, les trois avocats fustigent "une pression inacceptable" exercée sur la justice irakienne. "Personne ne peut douter dans ces circonstances, si une peine lourde était prononcée demain, que celle-ci serait immédiatement mise en relation avec l'ingérence inacceptable dont vous vous êtes rendu responsable", ajoutent Me William Bourdon, Martin Pradel et Vincent Brengarth. 

Un procès "expéditif" redouté par la défense

Ces déclarations "sont d'autant plus graves (...) que son avocat irakien n'a pas pu prendre connaissance de son dossier, ni la rencontrer en prison avant son procès", probablement "expéditif", dénonce le trio d'avocats, présent à Bagdad pour l'audience de dimanche. En effet, les conditions dans lesquelles se déroulent les audiences en Irak sont vivement critiquées par les avocats.

À lire aussi

Selon FranceInfo les audiences "s'enchaînent". "En quelques minutes, on condamne à mort ou à la perpétuité", raconte le site d'informations. Mélina Boughedir, 27 ans et mère de quatre enfants, risque donc la peine de mort si elle est reconnue coupable de terrorisme. Mais sa défense l'avait assuré sur RTL en février dernier : elle n'est "absolument pas une jihadiste", selon Me Vincent Brengarth.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/