1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "La proportionnelle refabrique de la confiance politique" dit Olivier Rouquan, politologue
1 min de lecture

"La proportionnelle refabrique de la confiance politique" dit Olivier Rouquan, politologue

INVITÉS RTL - La proportionnelle peut-elle faire baisser l'abstention ? Le politologue Olivier Rouquan et Alexandre Malafaye, président du think thank Synopia en débattent.

L'Assemblée nationale (image d'illustration)
L'Assemblée nationale (image d'illustration)
Crédit : CHAMUSSY/SIPA
"La proportionnelle refabrique de la confiance politique" dit Olivier Rouquan, politologue
07:28
"La proportionnelle refabrique de la confiance politique", assure Olivier Rouquan
07:32
Yves Calvi & Léa Stassinet

Le premier tour des élections législatives a été marqué par un chiffre record : celui de l'abstention. Plus d'un Français sur deux (51,29%, ndlr) ne s'est pas déplacé pour aller voter. Une donnée qui pousse à relativiser le "raz-de-marée" de l'alliance La République En Marche-MoDem, qui devrait au final occuper plus de 400 sièges sur 577 à l'Assemblée nationale. Mais si l'on regarde leur score du premier tour par rapport au nombre des électeurs inscrits, la majorité présidentielle n'obtient "que" 15,4%, mais reste nettement devant l'alliance LR-UDI (10,3%). Comment peut-on remobiliser les électeurs et les pousser à revenir dans les bureaux de vote ? 

Pour le politologue Olivier Rouquan, introduire une dose de proportionnelle voire la proportionnelle intégrale dans le cas des départementales pourrait être l'une des solutions. Cela permettrait selon lui de respecter "le principe de pluralisme. L'Assemblée doit représenter le plus justement possible l'état des rapports de force et des rapports de force d'opinion. S'il y a un trop fort décalage, il y a une absorption par le haut, et donc du débat par la présidence. Il y a une coupure", explique-t-il. Pour lui, une dose de proportionnelle serait l'un des moyens "de limiter l'abstention parce que les gens se sentent ainsi représentés et vont voter. Elle permet de redonner un espoir, et refabrique de la confiance politique". 

Alexandre Malafaye, président du think thank Synopia rejette lui toute idée de proportionnelle. "La proportionnelle intégrale (testée par Frédéric Mitterrand en 1986, elle avait permis l'élection de 35 députés FN, ndlr) est une erreur historique. On ferait rentrer n'importe quelle formation à l'Assemblée nationale, y compris des partis religieux, ce qui n'est pas totalement l'esprit de la Vème République", assure-t-il. "Il vaut mieux chercher d'autre solutions", ajoute Alexandre Malafaye, qui estime qu'il faut "retravailler sur le seuil des 12,5%" ou encore "organiser un grenelle de la démocratie"

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
pub
pub
pub
En Direct
/