1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La rupture entre la gauche, le gouvernement et les salariés est-elle consommée ?
2 min de lecture

La rupture entre la gauche, le gouvernement et les salariés est-elle consommée ?

REPLAY - À Lyon et Saint-Nazaire, Emmanuel Macron et François Hollande ont été malmenés par des militants de la CGT.

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
La rupture entre la gauche, le gouvernement et les salariés est-elle consommée ?
28:44

On refait le monde avec : - Yvan Rioufol, éditorialiste au Figaro
- Gérard Miller, psychanalyste
- Roland Cayrol, politologue
- Alain Duhamel, éditorialiste

Rude journée pour François Hollande et Emmanuel Macron ce mardi 13 octobre. Alors que les cinq salariés d'Air France interpellés la veille seront jugés le 2 décembre prochain pour des violences contre des dirigeants de la compagnie, deux syndicalistes CGT ont refusé la main du président de la République en visite sur les chantiers navals de Saint-Nazaire. À Lyon, un yaourt a été jeté sur le ministre de l'Économie. François Hollande vient-il de perdre sa place au second tour de la présidentielle 2017 ? La rupture entre la gauche, le gouvernement et les salariés est-elle consommée ?

Gérard Miller a effectivement "l'impression qu'il s'est passé quelque chose depuis l'affaire d'Air France". S'il assure qu'à leur place il aurait serré la main du président,  "il comprend à 100% la réaction de ces syndicalistes" arguant qu'il ne faut "pas pousser trop loin le bouchon". Un avis que ne partage pas Alain Duhamel, pour qui ce mardi, ou même cette semaine, n'a pas été marqué par une rupture. Il pointe par ailleurs qu'il est abusif de parler des syndicats, quand il ne s'agit que de l'énervement de quelques personnes dans un lieu, le tout "savamment mis en scène".

Quand on est de gauche, il faut marquer la rupture

Gérard Miller

Roland Cayrol pense qu'il s'agit surtout de "l'instrumentalisation pure et simple", syndicale et politique. Pour lui, la rupture entre la gauche de la gauche et le Parti socialiste ne date pas d'hier. Si le PS a perdu les départementales, les européennes, les municipales et certainement les régionales, c'est parce qu'il a perdu une partie de son électorat. Soit il ne vote pas pour lui, soit il vote pour le Front de gauche, les écologistes ou les communistes. Il estime par ailleurs qu'il n'y aurait pas de candidature de la gauche en 2017, mais une multitude. La seule question que François Hollande peut se poser, c'est "pourrais-je les amener à voter pour moi en cas de second tour" ?

Yvan Rioufol décrit une marginalisation de cette gauche, la CGT, qui "s'accroche encore à la lutte de classes". Ce qui l'a particulièrement marqué, c'est le rejet ce mardi de Manuel Valls de la violence au prétexte de "la violence sociale". Il se réjouit de voir qu'une partie de la gauche tourne le dos à cette gauche haineuse.

La rupture qui me saute aux yeux c'est celle entre la gauche archaïque, la CGT en l’occurrence, avec son époque

Yvan Rioufol
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/