1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La garde rapprochée d’Emmanuel Macron fait grincer des dents
2 min de lecture

La garde rapprochée d’Emmanuel Macron fait grincer des dents

Les plus proches conseillers du président de la République sont parfois accusé de confisquer le président de la République.

Sibeth Ndiaye, Jean Marie Girier, Ismael Emelien,Stephane Sejourne, Sylvain Fort, Julien Denormandie, Arnaud Leroy, Benjamin Grippaux, Richard Ferrand et Bariza Khiari arrivent à l'Élysée le 14 mai.
Sibeth Ndiaye, Jean Marie Girier, Ismael Emelien,Stephane Sejourne, Sylvain Fort, Julien Denormandie, Arnaud Leroy, Benjamin Grippaux, Richard Ferrand et Bariza Khiari arrivent à l'Élysée le 14 mai.
Crédit : ZIHNIOGLU KAMIL/REVELLI-BEAUMONT/JOLY LEWIS/SIPA
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

La séquence a été rapidement reprise dans tous les médias la semaine passée : Emmanuel Macron, tout en décontraction, vient rendre visite aux standardistes de l’Élysée, avant de répondre lui-même aux appels, le tout diffusé en live sur Facebook. Derrière ces images, il faut surtout reconnaître le talent d’Emmanuel Macron et sa garde rapprochée en matière de communication. Après avoir mené jusqu'à la victoire une campagne à laquelle si peu croyaient, ils sont une petite dizaine à être entrés à l'Élysée en marchant sur les talons du président.

Leur défiance vis-à-vis des personnalités ralliées au Président en cours de route ferait toutefois grimacer, jusqu’au sein de "En Marche !", selon Le Monde. Certains leur rapprochent de couver jalousement le nouveau chef d’État, et les surnomment "les mormons", rapporte le quotidien du soir dans un article à six mains. Lors de la cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron, un responsable du PS ne cache pas son ressentiment à l’endroit de cette jeune garde macroniste : "Les Macron boys avaient pris un melon énorme, nous n’étions déjà plus dans leurs radars".

Dans cette garde prétorienne déjà enviée et décriée par le second cercle du président, on retrouve les membres du "commando" immortalisé par les caméras de Yann L'Hénoret lors de la campagne présidentielle : Ismaël Emelien, Sylvain Fort, Stéphane Séjourné, Jean-Marie Girier - désormais chef de cabinet de Gérard Collomb, Stéphane Séjourné, Julien Denormandie, Sibeth Ndiaye, et le candidat aux législatives Benjamin Griveaux.

Des fidèles sans immunité

En posant leurs cartons à l’Élysée, les "Macron boys" ont souhaité rester groupés, en s’installant au quatrième étage. Seul Ismaël Emelien, le stratège de 30 ans, a repris l’ancien bureau d’Emmanuel Macron, du temps où il officiait en tant que secrétaire général adjoint au palais. Depuis un mois, ils se réunissent deux fois par semaine sous l'égide Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, Patrick Strzoda, directeur de cabinet, pour des réunions stratégiques. L’attention quasi-exclusive que leur accorde le président commence à froisser ses anciens conseillers. "Macron et sa petite équipe ont coupé tous les liens anciens. Le président fonctionne en cercle très fermé, voit peu de gens. Et ses très proches ont la culture du secret", se plaint un ancien visiteur d'Emmanuel Macron dans Le Monde.

À lire aussi

La Président sait cependant qu’il peut compter sur la fidélité de ceux qui s’amusent à l’appeler "leur maître", mais également sur leur précieux mutisme face à la presse. Malgré leur proximité avec le président, ses fidèles sont bien conscients qu’ils ne bénéficieront d’aucune immunité face aux foudres de Jupiter. "Je plains les ministres parce qu’ils vont devoir rendre des comptes. Macron sait exactement ce qu’il veut et ne veut pas. Chez Rothschild, ils disaient que c’était une brute", raconte l’un d’entre eux.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/