2 min de lecture UMP

L'UMP sera officiellement rebaptisée "Les Républicains" le 30 mai prochain

L'UMP changera officiellement de nom pour s'appeler "Les Républicains" le 30 mai prochain lors d'un grand congrès du parti à Paris.

Le siège de l'UMP à Paris (image d'illustration).
Le siège de l'UMP à Paris (image d'illustration). Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Marion Dubreuil
Marion Dubreuil
et AFP

L'UMP s’appellera "Les Républicains". Le nom avait fuité dans la presse, jamais démenti par Nicolas Sarkozy, il est désormais confirmé par de nombreux ténors à droite. Dans la perspective de la présidentielle 2017, l'UMP va adopter de nouveaux statuts le 5 mai prochain. Trois semaines plus tard, l'UMP - nouvellement "Les Républicains" - tiendra un congrès à la Grande Halle de la Villette à Paris. 

La commission chargée de l'élaboration des nouveaux statuts qui seront débattus le 14 avril prochain lors d'un bureau politique a travaillé autour de "trois axes, définis par M. Sarkozy pendant sa campagne pour la présidence de l'UMP : décentralisation, démocratisation, modernisation", a précisé Nathalie Kosciusko-Morizet.

Solliciter davantage les militants

L'innovation la plus importante que la commission va proposer est l'élection du président de chaque fédération départementale au suffrage direct des militants - programmée en septembre 2015 -, jusqu'ici choisi par le comité départemental de l'UMP, ce qui obligera les candidats à ce poste à faire "la course aux adhésions", se félicite la numéro deux du parti. Nicolas Sarkozy a affirmé en décembre dernier qu'il voulait "doubler" les effectifs du parti, pour atteindre "500.000 adhérents d'ici 2017"

Autre innovation encouragée par NKM: "la mise en oeuvre régulière du vote militant" et "le développement des outils numériques" pour y parvenir (vote par internet, mise à disposition d'un code et d'un numéro de téléphone pour ceux qui n'ont ni smartphone ni ordinateur). D'ailleurs, "des militants tirés au sort" siégeront dans certaines commissions (commission des recours ou comité financier...). Les cotisations, pas encore fixées, ne seront pas les mêmes non plus. (Jusqu'ici, un militant UMP paie 30 euros par an). 

La fin des cinq mouvements de l'UMP

À lire aussi
Jean-Claude Gaudin le 7 avril 2015 au Sénat. Jean-Claude Gaudin
Jean-Claude Gaudin placé sous le statut de témoin assisté

Les nouveaux statuts acteront également la suppression des cinq "mouvements" (ou courants) de l'UMP, dont la reconnaissance, fin 2012, avait constitué une première à droite, les courants existant depuis longtemps au PS. 

Les nouveaux statuts feront aussi une place aux élus non parlementaires, conformément à ce que M. Sarkozy avaient promis aux maires UMP qui ne sont ni députés, ni sénateurs, en les recevant après les élections municipales. Leurs représentants pourraient faire leur entrée dans le Bureau politique, et occuper jusqu'à "un tiers" des postes de cette structure formant "le gouvernement" du parti et qui compte actuellement 61 membres (des anciens présidents de la République aux anciens ministres et parlementaires). 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
UMP Nicolas Sarkozy Bureau
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants