2 min de lecture Jean-Marie Le Guen

Jean-Marie Le Guen est l'invité de RTL

INVITÉ RTL - Le secrétaire d'État aux relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen répond aux questions de Jérôme Florin à partir de 7h50.

Jean-Marie Le Guen à l'Élysée le 17 février 2016.
Jean-Marie Le Guen à l'Élysée le 17 février 2016. Crédit : NIVIERE/VILLARD/SIPA
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

La loi travail, adoptée à l'issue de cinq mois de conflit social et d'affrontements politiques, a été promulguée mardi 9 août par François Hollande, mais les opposants ne désarment pas et promettent de nouvelles actions à la rentrée. La "loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels" a été publiée dans la matinée au Journal officiel, signée par le président, le Premier ministre et pas moins de 11 ministres, dont Myriam El Khomri et Emmanuel Macron. "Bien que la loi ait été promulguée, la CGT ne baissera pas les bras", a immédiatement prévenu la centrale syndicale dans un communiqué. La CGT a appelé "tous les salariés à se mobiliser, à se rassembler, à s'organiser pour continuer cette mobilisation à la rentrée", notamment à l'occasion de la prochaine journée d'actions prévue le 15 septembre. Depuis mars, le texte de 123 articles a mobilisé contre lui des dizaines de milliers d'opposants, qui ont battu le pavé au cours de 12 journées nationales de grève et de manifestations. Désormais, l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU-Unef-Fidl-UNL compte aussi porter le fer sur le plan "juridique".

Le Conseil constitutionnel a déjà censuré cinq mesures secondaires de la loi travail - deux pour des raisons de fond et trois pour la forme -, mais ne s'est pas prononcé sur les articles les plus décriés par les opposants syndicaux et de gauche, sur la primauté des accords d'entreprise, les licenciements économiques, les accords "offensifs" pour l'emploi, ou encore les référendums d'entreprises... Les Sages ont même souligné que ces mesures pourraient "faire l'objet de questions prioritaires de constitutionnalité" (QPC), ouvrant une brèche dans laquelle les opposants ont promis de s'introduire. "Le texte n'est pas validé dans sa globalité et ouvre ainsi la porte à une grande insécurité juridique par le nombre de QPC qui vont pouvoir être déposées, sans parler des recours juridiques divers", a menacé Force ouvrière.

Invité de RTL, le secrétaire d'État aux relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen répondra aux question de Jérôme Florin. Une interview à suivre en direct sur RTL et en direct vidéo sur RTL.fr à partir de 7h50.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-Marie Le Guen Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants