1 min de lecture Anne Hidalgo

Grand Paris : pour Hidalgo, la métropole "n'est pas là pour régler des problèmes de pouvoir"

La candidate socialiste à la mairie de Paris a avertit ce samedi : la future Métropole du Grand Paris, pour laquelle Claude Bartolone a dévoilé son intérêt, n'est pas là "pour régler des problèmes de pouvoir".

La candidate socialiste, Anne Hidalgo, le 31 janvier 2014 à Paris.
La candidate socialiste, Anne Hidalgo, le 31 janvier 2014 à Paris. Crédit : AFP / FRANCOIS GUILLOT
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Dans une interview accordée au site du Journal du Dimanche ce samedi 8 février, Anne Hidalgo a répondu au président de l'Assemblée nationale qui a montré son ambition quant à la présidence de la future Métropole (124 communes et quatre départements franciliens regroupés à compter de 2016). "Ce n'est pas le moment de penser à cela", tranche l'élue du XVème arrondissement.

"Ce qui doit primer, ce n'est pas la cuisine politicienne, c'est le fond. Le Grand Paris n'est pas là pour régler des problèmes de pouvoir, mais pour améliorer la vie quotidienne des 7 millions d'habitants", tance la première adjointe.

Je pense qu'une fusion ou une dilution des départements, c'est le sens de l'Histoire.

Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris
Partager la citation

Comme on lui demande si la métropole doit être dirigée par un élu parisien, elle répond : "Le Grand Paris ne peut pas se faire sans Paris ou contre Paris. Avec 30% de la future assemblée, Paris comptera bien évidemment. Si je suis élue maire, je pèserai de tout mon poids, comme je l'ai toujours fait. Je me suis beaucoup battue pour que le Grand Paris existe, auprès de députés PS parisiens ou franciliens".

Créée par une loi votée le 19 décembre puis déclarée conforme à la Constitution, la métropole n'est-elle pas une couche administrative supplémentaire ? "Pas du tout", répond la responsable parisienne. "La loi pose la question des départements de la petite couronne. En 2015, certaines compétences des départements pourront se fondre dans celles des instances métropolitaines, voire dans celles des communes". "Je pense qu'une fusion ou une dilution des départements, c'est le sens de l'Histoire", a-t-elle encore expliqué.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Anne Hidalgo Claude Bartolone Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants