5 min de lecture La revue de presse

Fusion des communes : des mariages de raison parfois heureux

REPLAY - Dans la Drôme, les communes de Mercurol et Veaunes ont tout gagné dans la fusion.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Fusion des communes : des mariages de raison parfois heureux Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

C'est une petite route tranquille qui se hisse jusqu'en haut d'une colline. À droite, des champs de vigne bordés de quelques habitations, à gauche, des champs de vigne bordés de quelques habitations aussi. Des deux côtés tout est identique, mais jusqu'au 1er janvier dernier, tout était différent. Car d'un coté de la route, vous étiez à Mercurol, de l'autre coté, vous étiez à Veaunes.
Ces deux communes de la Drôme ont fusionné au début de l'année comme des centaines de villes et de bourgades. C'est le Figaro qui nous emmène ce matin à Mercurol-Veaunes, nouvelle commune née d'un mariage pour le meilleur et d'un même désir d'avenir. Car parfois la fusion, ça se passe bien, et c'est le cas ici. Les deux villages y ont gagné sur toute la ligne : en acceptant de fusionner avant le 30 juin, ils vont échapper à la baisse de dotation de l'État, "80.000 euros économisés sur 3 ans", dit le maire tout heureux de Mercurol. À Veaunes aussi, on a le sourire. La fusion c'est la fin d'une vie difficile. Les rues sans commerce, l'hôtel de ville minuscule ouvert un jour par semaine, le maire qui, perché sur son échelle, installe lui-même quelques décorations de noël... Tout ça, c'est finit. Désormais, les 300 habitants vont avoir la belle vie, une mairie ouverte 6 jours sur 7 et des rues qui vont bénéficier des équipes techniques de Mercurol.
Attention, la fusion ne s'est pas faite sans accroc. Il faut désormais se serrer au conseil municipal, où l'on est désormais 30. Il a fallu aussi changer cinq noms de rue qui étaient les mêmes sur les deux villages - on a choisi de débaptiser celles qui avaient le moins d'habitants. La rue de la fontaine à Veaunes est devenu la rue de l'eau vive. Et puis, il y a le cas du chemin du coteau : il y en avait un sur les deux villages mais celui de Veaunes ne comptait qu'un seul habitant. Le maire lui a laissé le droit de choisir la nouvelle appellation de sa rue. Comme il vend des fruits et légumes, il a choisi d'habiter chemin des maraîchers.
L'union pour le meilleur des petites communes de la Drôme, dans cette France des villages qui a changé de visage. C'est à lire dans le Figaro, loin, très loin, des agitations politiques du moment.

Quelles nouvelles du remaniement ?

"Fébrilité garantie chez les entrants et les sortants" nous dit le Parisien. Qui va partir qui va rester ? Le Figaro décrit un François Hollande "marmoréen" (qui a la nature ou l'apparence du marbre). Il ne laisse rien filtrer. La machine rumeurs n'en finit pas de tourner. Finalement Ségolène royal resterait à l'Écologie et le nom de Jean-Marc Ayrault revient dans le Figaro, le Parisien et Libération pour succéder à Laurent Fabius, comme RTL vous en parlait dès la semaine dernière.
En attendant le revenant Ayrault, il y a un autre revenant à la Une ce matin, c'est Nicolas Sarkozy qui fait la couverture de Marianne, avec un photomontage assez drôle. En fait, c'est l'affiche du film The Revenant avec Léonardo Di Caprio, sauf que Léo a le visage de Sarko. En revanche, le slogan du film a été conservé : "laissé pour mort, habité par la vengeance".

La Syrie, les réfugiés et l'État islamique

Le Monde est allé à la rencontre de ces enfants, seuls sur la route de l'exil et qui ont atterri dans un camp de réfugiés, à Lesbos en Grèce. Des gamins qui racontent leur soif de liberté et leur enfance sacrifiée.La Revue des deux mondes s'intéresse de son coté à la bataille d'Alep. Dans un édito iconoclaste, Valérie Toranian explique pourquoi il faut faire tomber Alep, la laisser aux mains de Bachar al-Assad. À Alep, une large partie de la population reste fidèle au régime. Aujourd'hui, seul un retour au calme avec des cessez-le-feu négociés dans toutes les zones de conflit permettra d'endiguer l'exode des civils qui fuient les bombardements. Ce retour au calme passera même provisoirement par un retour au pouvoir du régime de Damas. Les guerres se gagnent avec des alliés qu'on choisit, non pas pour leur pedigree, mais pour leur efficacité. Même s'il ne faut jamais oublier leur pedigree.
La revue le 1 consacre son numéro de la semaine à Calais, "une honte française", avec un reportage magnifiquement écrit par le prix Goncourt Laurent Gaudé qui s'est rendu sur place. Il y a vu les camps, la jungle, la misère grelottante... "Je sais maintenant qu'il pleut en enfer, la République a laissé tomber un peu d'elle même dans la boue de calais. Ci-gît la France", écrit Laurent Gaudé. "Il est temps de dire que l'Europe ne vaudra que si elle a le visage humain, que l'humanisme n'est pas une mollesse de l'esprit mais un combat déterminé. Et alors peut-être calais ne sera plus le nom d'une défaite, mais celui de notre réveil."
Et puis autre désir d'avenir, celui de Bilel, djihadiste de 27 ans. Après plus d'un an au sein de l'État islamique, il a décidé de rentrer en France avec femme et enfant. Pour cela il a contacté l'ambassade de France en Turquie. Pour le moment, il est en prison là-bas et il est le premier Français poursuivi sur le sol turc pour des faits de terrorisme. Un incroyable retour que nous raconte dans un reportage au long cours le site Les Jours. Un nouveau site d'information lancé, ce matin, par d'anciens journalistes de Libération, qui ambitionnent de casser le rythme de l'actualité et d'offrir une autre temporalité.

Les bienfaits du soupir

Ne vous gênez surtout pas, il en va de votre santé. C'est la revue scientifique Nature qui nous apprend cette semaine que soupirer est en fait un geste vital. C'est ce qu'ont découvert des chercheurs américains qui ont identifié un groupe de 400 neurones qui commandent le soupir depuis notre cerveau.

À lire aussi
Le blob, une espèce hors norme insolite
Blob : qu'est-ce que cette créature mystérieuse, présentée au zoo de Vincennes ?

Au même titre que la respiration régulière ou les bâillements, le soupir est une longue respiration volontaire qui permet le bon fonctionnement de nos poumons, en ouvrant grand nos alvéoles pulmonaires. L'étude nous apprend que l'on soupire toutes les cinq minutes, en moyenne. Il y a des jours où l'actualité nous fait davantage soupirer, mais c'est normal, vous aurait dit ma grand-mère : cœur qui soupire n'a pas ce qu'il désire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La revue de presse France Drôme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants