4 min de lecture Télévision

Front national : l'exclusion de Jean-Marie Le Pen, l'éternel point faible de Marine ?

NOUS L'AVONS VU - Le documentaire "C'était écrit : les 10 derniers jours de Marine Le Pen", diffusé sur France 5 dimanche 15 avril laisse entrevoir l'hypothèse selon laquelle la présidente du FN a perdu la présidentielle à cause de l'exclusion de son père.

Marine Le Pen, le 11 mars 2018
Marine Le Pen, le 11 mars 2018 Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"L'histoire est encore plus rocambolesque que ce que vous croyez". Bruce Toussaint prévient : tout n'a pas encore été dit sur la campagne présidentielle de 2017 et en particulier sur celle de Marine Le Pen.

Dans le documentaire C'était écrit : les 10 dernier jours de Marine Le Pen, diffusé sur France 5 dimanche 15 avril à 20h55, Bruce Toussaint tente de percer le mystère de cette présidentielle : après une campagne de l'entre-deux-tours digne d'un cas d'école, comment l'élection a-t-elle échappé à la présidente du Front national ?

Cette élection présidentielle a, indiscutablement, eu des conséquences sur le parti. Après la défaite face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen s'est séparée de son bras droit, Florian Philippot, l'artisan de la dédiabolisation. Depuis, le parti peine à se reconstruire : problèmes financiers, près de 6.000 adhérents ont quitté le Front national depuis l'automne... 

À lire aussi
Un utilisateur de Netflix Connecté
Netflix : la guerre des contenus de la vidéo en ligne ne fait que commencer

Une migraine ophtalmique

Le débat face à Emmanuel Macron restera le faux pas de Marine Le Pen. Dans ce documentaire, Jean-Marie Le Pen confie : "Je m'aperçois qu'elle n'est pas du tout dans la vibration qui convient dans cet exercice extraordinaire devant des millions de téléspectateurs et peut dépendre de l'issu du deuxième tour". 

Les commentaires de ses proches ne seront guère plus tendre. Florian Philippot raconte que "c'était très dur. Je me liquéfie, je me transforme en flaque d'eau. À la fin, il n'y a plus rien, je suis une flaque par terre. En plus, j'ai des duplex à faire ensuite à la télévision dans la foulée en direct, pour expliquer qu'elle a gagné le débat. Forcément, c'est mon rôle".

Pour expliquer ce naufrage, Gilbert Collard explique que quelques heures auparavant, la présidente du Front national a été frappée d'une migraine ophtalmique. "C'est très douloureux, très pénible. On a même envisagé à un moment de demander le report du débat", explique le député.

Un moment de panique ?

À son arrivée dans les studios du débat, Jean-Baptiste Marteau, journaliste politique chez France 2, estime que la candidate a "vraiment le visage des mauvais jours et on sent en regardant ses proches qu'il y a quelque chose qui ne pas ce soir-là". Marine Le Pen est-elle en train de paniquer ? Sébastien Chenu, le porte-parole du parti reconnaît l'avoir "connue dans de meilleures dispositions, mais je sais qu'elle fait quelque chose d'exceptionnel".

À quelques heures du début du débat, Marine Le Pen décide de réviser ses dossiers, à la surprise de son entourage. Olivier Faye, journaliste politique au Monde, décrit la scène : "Elle pose ses dossiers de couleur sur la table et dit  : 'Alors, par quoi on commence ?' Face à elle, ses conseillers sont un peu surpris et disent que ce n'est plus le moment de se préparer, il faut faire le vide et se préparer à débattre face à Emmanuel Macron".  

Son discours d'introduction n'est toujours pas finalisé alors que l'émission va commencer dans quelques minutes. Sébastien Chenu rappelle que lorsqu'elle prend la parole, "on a l'impression que c'est une première lancée de bombes et de missiles, on commence par une rafale globale de l'adversaire, on l'arrose dans tous les domaines. Et, on voit là où ça tape bien et là où on tombe un peu à côté. Nous on se dit, elle tente un truc... pourquoi pas". Finalement, ce sera la catastrophe. "J'avais le sentiment que c'était de pire en pire", se rappelle Florian Philippot.

Et Jean-Marie Le Pen dans tout ça ?

Et si cette chute le soir du débat de l'entre-deux-tours était une conséquence de l'exclusion de Jean-Marie Le Pen ? Dans C'était écrit : les 10 dernier jours de Marine Le Pen, Sophie Montel, ancienne membre du Front national revient sur la réunion du bureau politique qui a acté l'exclusion du fondateur de son propre parti. "Il finit par lui dire : 'De toute façon tu n'y arriveras pas, tu n'as pas le niveau'. C'est d'une violence sans nom parce qu'il s'adresse à sa fille et que c'est lui qui a voulu qu'elle soit présidente du Front national. Là, il balance tout son venin, il est odieux", raconte-t-elle. 

Et d'ajouter : "Après c'est finit, il s'exprimera en son nom mais ce ne sera plus sous celui du Front. Le processus de dédiabolisation va pouvoir aller jusqu'au. Mais en même temps, j'ai une espèce d'inquiétude, quelque chose d'instinctif où je me dis qu'on va le payer". Le principal concerné, Jean-Marie Le Pen estime que "cette rupture a créé un trouble grave à l'intérieur du mouvement. Certains sont partis, d'autres ont été exclus et pour ceux qui restaient, quelque chose s'était rompu". 

Si elle n'exclut pas Jean-Marie Le Pen, elle casse toute sa dédiabolisation

Caroline Fourest
Partager la citation

La spécialiste du Front national, Caroline Fourest indique que "la réalité, c'est que le grand écart dans lequel s'est placée Marine Le Pen pour essayer d'élargir la base du Front national, la met dans une situation impossible vis-à-vis du père. Si elle l'exclut, elle perd cette base traditionnelle du FN qui va vraiment lui faire payer de tuer le père. Si elle ne l'exclut pas, elle casse tout son storytelling, toute sa dédiabolisation qui est quand même une condition sine qua non pour gagner cette élection". 

Selon Florian Philippot, la présidente du parti "a été très touchée, plus qu'(il) ne le pensai(t) par l'exclusion de son père. Ça l'a déstabilisée plus que ce qu'(il) ne le pensai(t). Elle a voulu se réassurer émotionnellement, psychologiquement en faisant revenir son univers, sa bande d'il y a 25 ans. Du point de vue de l'efficacité politique, ça n'a aucun sens, parce qu'elle fait revenir des gens qui ne peuvent pas incarner l'avenir".

Elle conclut en ajoutant : "Il n'y a pas de bonne solution, elle est dans une situation absolument impossible". Un paradoxe insoluble qui a amené Marine Le Pen a perdre l'élection présidentielle et a entraîné une refonte complète du parti, qui n'est toujours pas achevé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Front national Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792978422
Front national : l'exclusion de Jean-Marie Le Pen, l'éternel point faible de Marine ?
Front national : l'exclusion de Jean-Marie Le Pen, l'éternel point faible de Marine ?
NOUS L'AVONS VU - Le documentaire "C'était écrit : les 10 derniers jours de Marine Le Pen", diffusé sur France 5 dimanche 15 avril laisse entrevoir l'hypothèse selon laquelle la présidente du FN a perdu la présidentielle à cause de l'exclusion de son père.
https://www.rtl.fr/actu/politique/front-national-l-exclusion-de-jean-marie-le-pen-l-eternel-point-faible-de-marine-7792978422
2018-04-13 07:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/YycgGw0HNF6igpwvHSqb9Q/330v220-2/online/image/2018/0411/7792978652_marine-le-pen-le-11-mars-2018.jpg