2 min de lecture François Hollande

"François Hollande a adopté la stratégie du désir", analyse Yves Thréard

REPLAY / ÉDITO - L'Élysée serait-il devenu la maison du silence ? Le président de la République se tait. Que se passe-t-il ?

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
"François Hollande a adopté la stratégie du désir", analyse Yves Thréard Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Yves Thréard
Yves Thréard et Loïc Farge

François Hollande est toujours là. Il doit même s’exprimer ce mardi 22 décembre matin devant des associations sur le thème de l’engagement à l’Élysée. Mais c’est vrai que la parole présidentielle est plus rare, alors qu'on disait que le chef de l'État parlait à tout bout de champ auparavant. On se souvient de l'épisode Leonarda Dibrani, cette jeune Kosovare, il y a quelques années. Désormais, c’est silence radio ou presque depuis mi-novembre et les attentats. Pourtant, il avait deux bonnes raisons de rompre ce silence à l’issue des régionales

D'abord, pour s'inquiéter de la progression spectaculaire du Front national qui chamboule tout le paysage politique. Ensuite, la victoire en Corse des nationalistes et des indépendantistes qui affirment que "la Corse, ce n’est pas la France". Des propos ahurissants et qui auraient mérité une mise au pas du président de la République. D'ailleurs certains, comme François Fillon, lui demandent d’arrêter de jouer au monarque au-dessus de la mêlée.

Pourquoi donc ce silence ? François Hollande prépare tout simplement la présidentielle de 2017. Donc, il se présidentialise. On lui a tellement dit que le costume était trop grand pour lui. Il adopte désormais la "stratégie du désir" qu’un certain Jacques Pilhan, appelé alors le "sorcier de l’Élysée", avait conseillé à François Mitterrand. Sa parole doit être rare pour être distinguée. Il laisse Valls dans la mêlée et lui se réserve les sujets solennels, graves, qui ont de la hauteur.

Ménager sa gauche ou plaire à une majorité de Français, tel est le dilemme de François Hollande

Yves Thréard
Partager la citation

La sécurité des Français, c’était le discours du Congrès. La défense de nos valeurs, c’était celui des Invalides. La concorde nationale, c’était avec Xavier Bertrand dans le Nord. Il doit se montrer rassembleur, le père de la nation, le néo monarque du peuple. Cette attitude est facilitée par le fait que la droite montre le visage de la division. Il n'a pas besoin de parler puisque les autres se chamaillent entre eux. Mais cette posture est difficilement tenable.

À lire aussi
Ségolène Royal et François Hollande, à Saint-Barthélemy, le 8 mai 2015 polémique
Ségolène Royal : François Hollande prend sa défense

Pour cela, il faudrait qu’il tienne ses promesses. Or déjà il devra expliquer son renoncement à la déchéance de nationalité des terroristes français nés en France. Peut-être l'évoquera-t-il lors de la présentation de ses vœux, le 31 décembre. Ménager sa gauche ou plaire à une majorité de Français, tel est le dilemme de François Hollande. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Présidence de la République Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants