1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fessenheim : le gouvernement tempère les propos de Royal et garde le cap de 2017
1 min de lecture

Fessenheim : le gouvernement tempère les propos de Royal et garde le cap de 2017

Selon une source gouvernementale, la fermeture du site nucléaire avant la fin du mandat de François Hollande "reste l'objectif".

Fessenheim : L'État propose entre 80 et 100 millions d'euros à EDF pour fermer la centrale
Fessenheim : L'État propose entre 80 et 100 millions d'euros à EDF pour fermer la centrale
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
AFP
Journaliste

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim "d'ici à la fin" du quinquennat, en 2017, "reste l'objectif" du gouvernement, a déclaré mardi soir une source gouvernementale. Ségolène Royal "n'a pas parlé de 2018 pour la fermeture de Fessenheim", a assuré cette source, après que la ministre de l'Écologie a déclaré que, "quand Flamanville ouvrira, Fessenheim devra fermer". À des journalistes qui l'interrogeaient sur les conséquences pour Fessenheim du report de l'ouverture de l'EPR de Flamanville, Ségolène Royal avait expliqué mardi que la loi avait prévu un plafonnement de la production d'énergie nucléaire.

"Ce qui veut dire que quand Flamanville ouvrira, Fessenheim devra fermer. Donc, Flamanville va ouvrir d'ici à 2018. Et donc en effet, Fessenheim devra fermer", a-t-elle dit. En fin d'après-midi, sur Twitter, Mme Royal a néanmoins tenu à assurer que "la fermeture de Fessenheim n'est pas reportée, elle doit être organisée dans le cadre de la nouvelle loi. Il n'y a aucun sujet de polémique", alors que ses premiers propos, interprétés comme un possible report, avaient été fraîchement accueillis dans les milieux antinucléaires, chez Europe Ecologie-Les Verts, mais aussi à Berlin. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/