1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fessenheim : l'État proposerait entre 80 et 100 millions d'euros à EDF pour fermer la centrale
1 min de lecture

Fessenheim : l'État proposerait entre 80 et 100 millions d'euros à EDF pour fermer la centrale

Une somme bien en deçà de ce qu'attendait EDF. L'entreprise tablait sur 4 milliards. Les revendications ne se sont pas faites attendre.

Fessenheim : L'État propose entre 80 et 100 millions d'euros à EDF pour fermer la centrale
Fessenheim : L'État propose entre 80 et 100 millions d'euros à EDF pour fermer la centrale
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Fessenheim l'État proposerait entre 80 et 100 millions d'euros à EDF pour fermer la centrale
02:04
Virginie Garin & Paul Véronique

La pilule passe mal pour EDF. D'après le journal Le Monde, Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement et de l'Énergie, aurait proposé une indemnité de 80 à 100 millions d'euros pour compenser la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Pour la direction d'EDF, c'est la stupeur. "C'est sidérant", "surréaliste" ou encore "apocalyptique", dirait-on du côté de l'entreprise. Il est vrai que la somme proposée est bien en deçà de ce qui était attendu. 

Un rapport remis en 2014 à l'Assemblée nationale par Marc Goua (PS) et Hervé Mariton (LR) avait estimé à hauteur de 4 milliards d'euros l'indemnité à fournir à EDF. Une somme vivement critiquée par Ségolène Royal à l'époque qui avait dénoncé "des calculs farfelus (...) pour essayer d'influencer des décisions". Si tous les experts n'avaient pas mentionné une telle somme, on parlait tout de même d'une enveloppe comprise entre 2 et 4 milliards d'euros. Selon les estimations, la proposition de la ministre serait 20 à 40 fois inférieure.

L'écart entre l'offre et les attentes aurait plusieurs causes, d'après Le Monde : la baisse des coûts de l'électricité et les nécessaires investissements que réclamait la centrale en feraient partie. Mais la principale raison serait stratégique. Ne voulant pas creuser les déficits budgétaires l'État fixerait une indemnité de base volontairement basse, quitte à lâcher un peu de leste par la suite. Les négociations s'annoncent particulièrement dures.

La fermeture de la centrale de Fessenheim faisait partie des promesses de campagne de François Hollande en 2012. Il est donc nécessaire pour lui de faire avancer ce dossier d'ici 2017, même si la fermeture ne devrait pas intervenir avant 2018.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/