1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Éric Zemmour : "Les démagogues ne sont pas ceux que l'on croit"
1 min de lecture

Éric Zemmour : "Les démagogues ne sont pas ceux que l'on croit"

BILLET - Depuis l'attentat de l'Aude, de nombreux responsables politiques, de Laurent Wauquiez à Marine le Pen en passant par Manuel Valls, proposent des mesures sécuritaires radicales. Qui sont repoussées par le gouvernement.

Eric Zemmour
Eric Zemmour
Crédit : Julien Knaub / SIPA / RTL
Éric Zemmour : "Les démagogues ne sont pas ceux que l'on croit"
03:27
Éric Zemmour : "Les démagogues ne sont pas ceux que l'on croit"
03:21
Éric Zemmour & Loïc Farge

"Celui qui dit qui y est" : on se souvient de cette rengaine de notre enfance. Depuis quelques jours, la bataille politique autour du dernier attentat jihadiste ressemble à une cour d'école. D'un côté, il y a les naïfs et les incapables ; de l'autre les irresponsables et les démagogues.

Cet échange d'insultes tient en vérité du jeu de rôles. On se doute qu'Emmanuel Macron, depuis qu'il est entré à l'Élysée en tout cas, s'est départi de son analyse strictement économique et sociale qu'il privilégiait encore lorsqu'il était ministre des Finances.

Ce n'est pas par naïveté que son premier ministre, Édouard Philippe, a refusé toutes les propositions venues de ses opposants. C'est parce qu'il les sait inapplicables. En tout cas dans le cadre du régime juridique actuel, défini par nos juges français et européens. Ce qu'on appelle l'état de droit.

À droit constant, la surenchère sécuritaire de ces derniers jours est bien démagogique. Mais en démocratie, c'est au peuple et à ses représentants de définir le droit. C'est au politique de faire la loi.

La question posée par Valls de l'interdiction du salafisme n'est pas démagogique

Éric Zemmour
À lire aussi

La démagogie suprême n'est-elle pas de faire croire qu'on peut protéger les Français du jihadisme en comptant uniquement sur le savoir-faire policier ? La démagogie n'est-elle pas de multiplier les hommages dans la cour des Invalides en sachant que ses sacrifices sont vains ?

La question posée par Manuel Valls de l'interdiction du salafisme n'est pas démagogique. Elle met l'islam au cœur de la discussion. L'islam qui est à la fois une religion - et toute religion est libre - mais aussi un système juridico-politique qui est en concurrence avec la loi de la République.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/