1 min de lecture Faits divers

Seine-Saint-Denis : "Il y a une culture de la violence", déplore Alexis Corbière sur RTL

INVITÉ RTL - L'élu de la France insoumise de Seine-Saint-Denis explique : "Ce que nous demandons (...) c'est que nous ayons les mêmes moyens que les autres départements".

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
"La Seine-Saint-Denis est sous dotée", dénonce Alexis Corbière Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Marie-Pierre Haddad

Il a été battu à mort à coups de barres de fer. Un enfant de 12 ans est décédé, dimanche 14 octobre, à l'hôpital, après avoir été victime d'un affrontement entre bandes rivales en Seine-Saint-Denis

La victime, originaire de la ville de Bagnolet, avait été transportée dans un hôpital parisien pour des blessures aux jambes. Elle se plaignait de multiples douleurs sur tout le corps après cette bagarre survenue aux alentours de 19 heures, selon une source policière.  

Invité à l'antenne de RTL, Alexis Corbière estime que "même si la situation est préoccupante en Seine-Saint-Denis, un enfant de 12 ans qui meurt dans ce contexte, c'est exceptionnel. Toutefois, ça arrive à Bagnolet où il y a quelques mois des coups de feu avaient été tirés dans une autre cité". L'élu de la France insoumise de Seine-Saint-Denis rappelle avoir écrit à Édouard Philippe, le 26 septembre dernier.

Les policiers font ce qu'ils peuvent, il n'y a pas assez de moyens

Alexis Corbière
Partager la citation

"Ce que nous demandons, ce n'est pas plus de moyens, mais qu'au moins en terme des grandes missions régaliennes, justice, police, éducation nationale... nous ayons les mêmes moyens que les autres départements", ajoute-t-il. 

À lire aussi
La ville de Saint-Étienne faits divers
Saint-Étienne : une mère délaisse sa fille de 10 ans pour aller s'alcooliser

À Bagnolet, "il n'y a pas de commissariat de plein exercice. Ça veut dire qu'à 18 heures, la petite antenne de police est fermée. Les policiers font ce qu'ils peuvent, il n'y a pas assez de moyens", explique Alexis Corbière qui rappelle avoir interpellé dans une lettre Gérard Collomb, lorsqu'il était ministre de l'Intérieur et Édouard Philippe. 

"Il y a une certaine colère (...) Il faut que l'on ait des moyens. Avant de réclamer un durcissement, est-ce que les gens savent que le tribunal de Bobigny est saturé ? Avant de durcir, au moins que la justice soit rendue (...) Il y a une culture de la violence qu'il faut combattre", dénonce ému l'élu. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Seine-Saint-Denis La France insoumise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants