1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Ramadan : Emmanuel Macron rompt le jeûne avec des responsables musulmans
1 min de lecture

Ramadan : Emmanuel Macron rompt le jeûne avec des responsables musulmans

Le président de la République, accompagné du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est rendu à un dîner de rupture du jeûne du ramadan.

Emmanuel Macron lors du dîner de rupture du jeûne du Conseil français du culte musulman, le 20 juin 2017
Emmanuel Macron lors du dîner de rupture du jeûne du Conseil français du culte musulman, le 20 juin 2017
Crédit : Jacques Witt/SIPA
Emmanuel Macron affirme la compatibilité de l'Islam et de la République
00:39
Léa Stassinet & AFP

Cela faisait plus de dix ans qu'un président de la République ne s'était pas rendu à l'iftar (dîner de rupture du jeûne) annuel du Conseil français du culte musulman (CFCM, ndlr). C'est accompagné de son ministre de l'Intérieur Gérard Collomb qu'Emmanuel Macron a participé à ce dîner de rupture du jeûne du ramadan, mardi 20 juin. L'occasion pour le chef de l'État de remercier les responsables musulmans pour leur condamnation des attentats jihadistes qui ont fait 239 morts en France depuis janvier 2015. "Pas une fois le CFCM n'a fait défaut : il a su trouver les mots sans se placer dans le déni", a salué le Président. 

Emmanuel Macron a ensuite énuméré les "combats" que les pouvoirs publics et les autorités musulmanes ont à mener "en commun". "Notre combat déterminé contre Daesh doit conduire à poursuivre avec détermination ceux qui cherchent à faire de vos lieux de culte des lieux de prêche de haine, voire d'appel à la violence".

La deuxième bataille à mener concerne celui dirigé contre "une pratique de l'islam qui organise une ségrégation au sein de la République : il faut être vigilant contre tout ce qui façonne des formes de repli identitaire", a rappelé Emmanuel Macron. 

Mais le Président a tenu à réaffirmer la compatibilité de l'islam avec la République. "Personne ne peut faire croire que votre foi n'est pas compatible avec la République, personne ne peut faire croire que la France et les Français rejetteraient sa composante de foi musulmane. Personne, au nom de cette foi, ne peut demander à des Françaises ou à des Français de se soustraire aux lois de la République. C'est cela notre défi", a-t-il conclut. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/