1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 dans les Pays de la Loire : tous contre Bruno Retailleau
3 min de lecture

Élections régionales 2015 dans les Pays de la Loire : tous contre Bruno Retailleau

La tête de liste Les Républicains-UDI n'hésite pas à cogner sur tous ses rivaux depuis le lancement de sa campagne électorale. Mais le sénateur de Vendée s'attire aussi bien les foudres des écologistes et de l'extrême droite.

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, lors d'un meeting à Andard le 9 novembre.
Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, lors d'un meeting à Andard le 9 novembre.
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Près d'un millier de militants était rassemblé lundi 9 novembre à Andard (Maine-et-Loire) pour assister au meeting de campagne Bruno Retailleau, tête de liste Les Républicains-UDI dans la région Pays de la Loire. Pour l'occasion Nicolas Sarkozy et et Jean-Christophe Lagarde, les présidents des deux partis, ont fait le déplacement pour donner un coup de fouet à la campagne de leur candidat. Si le sénateur de Vendée est pour l'instant en tête des sondages avec 45% des intentions de vote au second tour, selon une enquête BVA du 15 octobre, sa campagne ne s'est pas faite sans remous.

Lors du Conseil national des Républicains, le leader LR du Sénat s'est autorisé une charge gratuite contre le gouvernement mais aussi les écologiste : "Ma région est, de toutes les autres régions, la plus touchée par les addictions : la drogue, l'alcoolisme. La gauche s'en offusque, la gauche nie. Évidemment, ils sont alliés avec les écolos qui n'ont jamais rien fait pousser de leur vie sauf du cannabis sur leurs balcons."

Honni de la gauche à l'extrême droite

La candidate des écologistes, Sophie Bringuy a préféré riposter sans surenchère, en avançant qu'elle défendait seulement "les producteurs d'herbe, les vrais, les paysans". Cécile Duflot s'est montrée beaucoup plus véhémente à l'encontre du candidat LR : "Monsieur Retailleau est comme ça depuis petit ou c'est la politique - ou la campagne - qui l'a rendu si minable ?"

Mais le candidat est peut-être encore plus haï par l'extrême droite en Vendée. Il faut rappeler que Bruno Retailleau n'a rejoint le parti de Nicolas Sarkozy qu'en 2010. Auparavant, il avait fait l'ensemble de sa carrière à la droite de la droite, aux côtés de Philippe de Villiers. Le transfuge est aujourd'hui perçu par comme un traître et un opportuniste par les villiéristes. Marine Le Pen ne s'est pas privée de le rappeler lors de son déplacement à Andard, une semaine auparavant.

À lire aussi

Son ancien mentor semble être bien loin d'avoir digéré cette "trahison". Dans un entretien accordé au Point, Philippe de Villiers est revenu sur la relation "fraternelle et paternelle" qu'il cultivait avec son ancien protégé, qui "s'est révélé être un homme déloyal". Le fondateur du Mouvement pour la France dresse le portrait d'un opportuniste sans attache pour sa région : "Ce n'est pas un homme d'envergure ; il a été un bon second. Je regrette qu'il n'ait pas servi la Vendée comme je l'ai fait. Il s'en est juste servi à des fins carriéristes"

Malgré toute l'hostilité que suscite Bruno Retailleau, le candidat LR-UDI bénéficie d'un contexte favorable dans une région où la gauche est empêtrée dans ses divisions sur le dossier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Dans le fief de Philippe de Villiers, Les Républicains préfèrent rester prudents alors qu'un seul sondage a pour l'instant été réalisé. Franck Louvrier, conseiller régional sortant (LR), se désole du manque de médiatisation de la campagne de son candidat alors qu'il estime que "peut-être plus qu'ailleurs, la bataille se jouera sur la mobilisation de nos électeurs". Ce n'est pas forcément rassurant pour Bruno Retailleau, quand on se rappelle que Nicolas Sarkozy avait mobilisé deux fois plus de militants lors d'un meeting à Andard l'année passée.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/