2 min de lecture Élections régionales

Élections régionales 2015 : Jean-Yves Le Drian contraint au cumul

ÉCLAIRAGE - Le ministre de la Défense devra déroger à la règle du non-cumul si jamais il est élu à la présidence du Conseil régional de Bretagne lors des élections qui auront lieu en décembre.

Jean-Yves Le Drian à l'Assemblée nationale lors des questions au gouvernement le 18 novembre 2015.
Jean-Yves Le Drian à l'Assemblée nationale lors des questions au gouvernement le 18 novembre 2015. Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Relancer la campagne des élections régionales après les attentats du 13 novembre est un casse-tête pour tous les candidats, alors que le premier tour du 6 décembre approche à grand pas. Mais la question se pose de façon autrement plus aiguë pour Jean-Yves Le Drian depuis les attaques qui ont fait au moins 130 victimes à Paris et Saint-Denis. Le candidat socialiste en Bretagne ne peut plus abandonner le ministère de la Défense alors que la France vient d'intensifier sa campagne militaire contre l'État islamique en Irak et en Syrie.

Le ministre de la Défense avait pourtant annoncé qu'il quitterait l'hôtel de Brienne si jamais il remportait la présidence de la région Bretagne après le second tour des élections régionales le 13 novembre. L'ancien maire de Lorient faisait jusque-là figure d'exemple en matière de non-cumul. Il avait par exemple renoncé à la présidence du Conseil régional de Bretagne lorsqu'il était entré au gouvernement en 2012, deux ans après sa réélection. Les attentats de Paris ont forcé ce pilier du gouvernement à renoncer à ces habitudes vertueuses. "Je resterai ministre de la Défense tant que le président de la République jugera que c'est nécessaire", a annoncé le ministre avec solennité sur iTélé, dimanche 22 novembre.

Une candidature maintenue mais pas de campagne

Quand l'exécutif martèle que la France est désormais "en guerre" contre Daesh, la campagne militaire s'impose à la campagne électorale. La tête de liste du PS en Bretagne a donc annulé tous les meetings qu'il devait tenir avant le premier tour des élections, à commencer par le rassemblement de Pontivy (Morbihan) du 22 novembre. Depuis le dépôt officiel des listes au début du mois de novembre, Jean-Yves Le Drian ne peut plus faire marche arrière, comme il l'a lui-même expliqué : "C'est d'abord une obligation juridique, mes listes sont déposées, mais c'est aussi une obligation morale. Je me suis engagé à l'égard des Bretonnes et des Bretons, donc je tiendrai mon rôle, je suis candidat à la présidence de la région Bretagne."

Le ministre de la Défense sera peut-être le seul candidat à ne pas faire campagne  pour les régionales. Il devrait même se trouver dans l'impossibilité d'exercer ses fonctions pendant les premières semaines de son mandat en raison de l’intensification des frappes de l'armée française en Irak et en Syrie. "Pendant cette période de transition, cette période intérimaire, on gérera avec les compétences de mes vices-présidents je pense le mieux possible pour la Bretagne et je suis convaincu que les Bretons comprendront", a prévenu d'emblée le ministre. Malgré l'absence de Jean-Yves Le Drian de la campagne électorale, le candidat socialiste reste en tête des intentions de votes. Selon Ifop-Fiducial publiée le 20 octobre, il est crédité de 46% des voix au second tour, loin devant les 36% de la liste Les Républicains.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections régionales Armée Défense
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants