2 min de lecture Élections régionales

Élections régionales 2015 : "Difficile pour un homme de gauche d'appeler à voter à droite" reconnaît Xavier Bertrand

Arrivé troisième, le candidat socialiste du Nord s'est retiré pour le deuxième tour des élections régionales, laissant seul le candidat Les Républicains face à la favorite Marine Le Pen.

Xavier Bertrand le 18 juin 2015 (Illustration).
Xavier Bertrand le 18 juin 2015 (Illustration). Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Face à la montée du Front national lors du premier tour des élections régionales, Manuel Valls a appelé lundi à voter pour des listes de droite dans les régions où le parti de Marine Le Pen a de fortes chances de gagner : en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, en PACA et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Dans ces deux dernières régions, le candidat socialiste, arrivé en troisième position, s'est retiré du second tour.

Une initiative qui est loin d'être évidente reconnaît ce mardi matin 8 décembre Xavier Bertrand. "C’est difficile pour un homme de gauche d’appeler à voter pour un homme de droite" a assuré le candidat Les Républicains du Nord, désormais seul face à Marine Le Pen, grande favorite

Retour en 2002

"C’est la même chose pour nombre d’électeurs de gauche qui ont eu un autre candidat jusqu’à dimanche soir, qui, d’une certaine façon, ont pu combattre mon projet, ma personne et qui, aujourd'hui, se disent que pour faire barrage au Front national, pour conduire vraiment la région, la diriger, lui redonner espoir, il vaut mieux moi que Marine Le Pen", a-t-il poursuivi.

"Je mesure tout ce que ça représente pour eux. Surtout qu’en plus, ils l’ont déjà fait par le passé. Ils l’ont fait en 2002 pour Jacques Chirac" au second tour de la présidentielle, face à Jean-Marie Le Pen, après l'élimination de Lionel Jospin, a-t-il ajouté.

Je sais aussi que si je suis élu dimanche,(...) je ne peux pas faire comme si j’avais été élu normalement.

Xavier Bertrand
Partager la citation
À lire aussi
Alain Duhamel corse
Alain Duhamel : "La spécificité corse est une réalité et la violence corse est une calamité"

Xavier Bertrand a cependant refusé de dire s'il aurait lui-même retiré sa liste s'il était arrivé en 3e position au premier tour, pour ne "pas créer de confusion". "Le jour où je suis placé dans cette situation à une élection majeure ou à une présidentielle, je ne me planquerai pas, je ne me déroberai pas, mais la politique fiction, ce n'est pas pour aujourd’hui". 

Malgré de vives attaques à l'intérieur du parti, Les Républicains ont avalisé lundi la stratégie du "ni fusion, ni retrait" de listes pour le second tour des régionales, défendue par leur président Nicolas Sarkozy."Je sais aussi que si je suis élu dimanche, comme je le pense, même si ce sera très serré, je ne peux pas faire comme si j’avais été élu normalement, naturellement", a encore dit le député de l'Aisne. "Je garderai mon projet, je resterai moi-même, mais je sais pertinemment qu’on ne peut pas donner le sentiment que c’est une élection comme les autres".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections régionales Nord Xavier Bertrand
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants