1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. EELV : pourquoi les sympathisants vont-ils voter encore deux fois ?
2 min de lecture

EELV : pourquoi les sympathisants vont-ils voter encore deux fois ?

ÉCLAIRAGE - Les équipes de campagne de Yannick Jadot et de Benoît Hamon s'activent en coulisses pour sceller un accord.

Yannick Jadot, député européen Europe écologie-Les Verts
Yannick Jadot, député européen Europe écologie-Les Verts
Crédit : ERIC CABANIS / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Pendant que François Fillon cherche à maintenir et à légitimer à tout prix sa candidature, du côté d'Europe Écologie - Les Verts, Yannick Jadot a hâte de mettre un terme à la sienne. Depuis plusieurs jours, l'entourage du candidat multiplie les rencontres avec les proches de Benoît Hamon afin de discuter des orientations du programme, faire valoir ses arguments (élimination des pesticides en agriculture, proportionnelle intégrale aux élections législatives...), réfléchir à un accord de majorité et... probablement rallier à terme le socialiste.

Si, chez les cadres du parti, le ralliement à Benoît Hamon semble faire l'unanimité, Yannick Jadot entend le légitimer par les 17.000 sympathisants EELV qui ont voté à la primaire du mois d'octobre 2016. Ces derniers avaient dépensé cinq euros à chaque tour du scrutin (et ne devraient vraisemblablement pas être remboursés). "Si je dois changer mon mandat, il est normal que je retourne vers mes mandants", se justifie-t-il simplement dans les colonnes de Marianne.

Les 17.000 électeurs seront donc de nouveau sollicités à deux reprises d'ici à la fin du mois de février. Entre le mercredi 15 et le jeudi 16 février d'abord, ils se prononceront par voie électronique pour autoriser ou non ces discussions entre les deux partis. Des discussions, qui sont donc déjà en cours... Si les partisans EELV répondent "oui" à cette première question, un second vote se profile à la fin du mois pour définitivement sceller l'accord avec Benoît Hamon.

Une quête des parrainages incertaine

La quête compliquée des 500 parrainages nécessaires à la qualification pour la présidentielle, les sondages en berne et le coût très élevé de la campagne électorale devraient avoir raison de la présence d'un bulletin écologiste dans les bureaux de vote le 23 avril, jour du premier tour. Une décision historique, puisqu'il s'agirait d'une première depuis 1969.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/