1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Défilé du FN annulé : d'où vient le 1er mai, cet ancien rituel source de polémiques ?
3 min de lecture

Défilé du FN annulé : d'où vient le 1er mai, cet ancien rituel source de polémiques ?

Depuis 1988, il rassemblait les frontistes au nom de l'"unité française" et rendait hommage à Jeanne d'Arc. Mais les nouveaux cadres du parti veulent "faire du neuf" et balayer le vieux FN. Retour sur l'histoire du défilé frontiste.

Marine Le Pen entourée de plusieurs maires frontistes lors de la traditionnelle manifestation du 1er mai, en 2014 à Paris (image d'illustration).
Marine Le Pen entourée de plusieurs maires frontistes lors de la traditionnelle manifestation du 1er mai, en 2014 à Paris (image d'illustration).
Crédit : PIERRE ANDRIEU / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Il était l'un des vestige du Front national de Jean-Marie Le Pen. Le défilé du 1er mai ne sera plus. Florian Philippot, numéro 2 du Front national, l'a annoncé vendredi 4 mars sur France 2. Si cette manifestation constituait un moment "très agréable et très sympathique", il était temps pour le FN de "faire du neuf"

Il est vrai que le défilé n'était plus tout jeune. Instauré en 1988 par Jean-Marie Le Pen, cofondateur du parti d'extrême droite, il a été le théâtre d'événements insolites, tantôt risibles, tantôt dramatiques. Il aura par ailleurs survécu, quelques années, à l'adoubement de Marine Le Pen comme nouvelle cheffe du parti.

28 ans d'existence

Le FN défile pour la première fois en 1979 pour honorer Jeanne d’Arc, aux côtés d’autres mouvances d’extrême droite. Le jour choisi est alors le 8 mai. Ce n'est qu'à partir de 1988 que le parti s'isole pour défiler le 1er mai, pour donner lieu à "une manifestation d'unité française" à l'occasion de la fête du travail instaurée par Philippe Pétain, en 1941. 

D'autres raisons, officieuses, recensées par l'historienne Valérie Igounet, existent. En 1988, Jean-Marie Le Pen, candidat à la présidence de la République, vise le second tour de la présidentielle. Or, la date du 1er mai se trouve précisément entre le premier et le second tour de l'élection. Le défilé s'impose alors comme un moyen "de montrer la force et la cohésion du FN". Aussi, dès 1988, le parti adopte une logique de normalisation : en se désolidarisant des autres mouvances d'extrême droite qui défilent le 8 mai, le FN s'éloigne de l'image renvoyée par les violences racistes et néo-nazis. Enfin, d'un point de vue historique, la date du 8 mai renvoie à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, qu'il convenait de faire oublier.

Une date, des moments historiques

À lire aussi

Vingt-cinq ans plus tard, le défilé du 1er mai 2013 marque une rupture dans l'histoire du FN comme dans celle de sa famille fondatrice. Cette année-là, Jean-Marie Le Pen n'est pas invité à prendre la parole à la tribune, symbole de son isolement progressif au sein du parti. Deux ans plus tard, la situation dégénère. L'allocution de Marine Le Pen est interrompue par l'intervention de militantes femen, au balcon d'un immeuble de la place de l'Opéra où se tient le discours. De son côté, privé une nouvelle fois de micro, Jean-Marie Le Pen en implore Jeanne la Pucelle, au pied de sa statue équestre. Il est exclu du parti quelques mois plus tard.

Le défilé est mort, vive le banquet

Le défilé, c'est has been. Il sera désormais remplacé par un "grand banquet national" pour un "1er mai innovant, renouvelé", a annoncé Florian Philippot. Cette décision serait consécutive à un message du magazine Dar al-islam qui menace directement ce "rassemblement d'idolâtres du FN. Des cibles de premier choix", d'après les termes du magazine. Toutefois, pour continuer de satisfaire les admirateurs de Jeanne d'Arc, le banquet se tiendra - "très probablement", selon Florian Philippot - toujours à proximité de la statue équestre de Jeanne d'Arc, place des Pyramides, dans le Ier arrondissement de Paris.

À l'annonce de la décision, Jean-Marie Le Pen n'a pas su cacher son indignation, au micro de RTL. "Il s’agit là d’une rupture considérable avec la ligne du FN", a-t-il affirmé, invitant "tous les gens qui n’ont pas peur de Daesh [...] à se retrouver devant la statue de Jeanne d’Arc le 1er mai, place des Pyramides", où le cofondateur du parti prévoit de faire un discours.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/