1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Crise en Grèce : "Si c'est 'non', on sera dans la totale inconnue", déclare Jean-Marie Le Guen
1 min de lecture

Crise en Grèce : "Si c'est 'non', on sera dans la totale inconnue", déclare Jean-Marie Le Guen

INVITÉ RTL - Le secrétaire d'État en charge des relations avec le Parlement refuse de prendre clairement position dans la crise grecque pour ne pas les pousser "d'un côté ou de l'autre".

Jean-Marie Le Guen, invité de RTL, le 3 juillet 2015
Jean-Marie Le Guen, invité de RTL, le 3 juillet 2015
Crédit : Alice Beckel / Rtl.fr
Crise en Grèce : "Si c'est 'non', on sera dans la totale inconnue", déclare Jean-Marie Le Guen
08:45
Crise en Grèce : "Si c'est 'non', on sera dans la totale inconnue", déclare Jean-Marie Le Guen
09:04
Claire Gaveau
Claire Gaveau

La Grèce est de tous les débats alors que le référendum sur le plan d'aide européenne a été maintenu par Alexis Tsipras. Dimanche 5 juillet, les Grecs sont donc appelés aux urnes pour voter pour ou contre ce plan. Et si de nombreux politiques ont clairement exprimé leur position, le gouvernement refuse d'en faire de même. "Le gouvernement français s'interdit d'avoir un jugement ou du moins une position sur ce référendum. Les Grecs choisissent même si nous souhaitons, pour la France, pour les Grecs et pour l'Europe qu'ils restent dans la zone euro", a déclaré Jean-Marie Le Guen. 

Selon le secrétaire d'État en charge des relations avec le Parlement, un "oui" au référendum permettrait d'arriver "très rapidement" à un accord. À l'inverse, il est plus alarmiste quant à une possible réponse négative. "Si c'est 'non', ce sera beaucoup plus difficile et on sera dans la totale inconnue", a-t-il notamment déclaré.

Une inconnue qui ne semble pas effrayer l'ensemble des dirigeants politiques français alors que certains leaders, comme Jean-Luc Mélenchon ou Christian Paul, ont participé à la manifestation en soutien au peuple grec organisé à Paris, jeudi 2 juillet. "C'est une tradition d'une certaine gauche de donner des avis sur tout ce qui se passe dans le monde. Je peux le comprendre mais là, c'est un peu aléatoire car ceux qui font cela ne sont pas ceux qui prennent les responsabilités", a-t-il nuancé refusant de pousser les Grecs dans un sens ou dans l'autre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/