3 min de lecture Polémique

Conseil national du numérique : 3 questions pour comprendre la polémique

ÉCLAIRAGE - La nouvelle présidente du Conseil national du numérique (CNNum) a remis ce mardi 19 décembre sa démission, après la polémique concernant la présence de l'essayiste Rokhaya Diallo dans le nouveau collège de membres.

Mounir Mahjoubi, ministre déléguée à l'Industrie Numérique, s'adresse au gouvernement lors d'une session de l'Assemblée Nationale à Paris, le 22 novembre 2017.
Mounir Mahjoubi, ministre déléguée à l'Industrie Numérique, s'adresse au gouvernement lors d'une session de l'Assemblée Nationale à Paris, le 22 novembre 2017. Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

Tout juste remis sur pieds, le Conseil national du numérique (CNNum) se retrouve paralysé. Après une polémique suscitée par la présence de l'essayiste Rokhaya Diallo parmi les membres de l'organisme, sa nouvelle présidente Marie Ekeland a présenté sa démission ce mardi 19 décembre.

"Le projet que j'ai porté, d'ouverture, d'indépendance de pensée et de diversité, a été mis à l'épreuve dès le démarrage. Je ne vois pas aujourd'hui comment continuer à le porter en maintenant son essence et de bonnes chances de réussite", a expliqué Marie Ekeland dans un message sur le site du CNNum pour expliquer sa démission, sept jours après sa prise de fonctions. 

Dans la foulée, en solidarité, une vingtaines d'autres membres ont annoncé leur départ. "Constatant donc l’impossibilité de mettre en oeuvre son projet, considérant que le travail du Conseil ne peut plus se faire selon des modalités efficaces, nous avons décidé de présenter collectivement notre démission", ont-ils annoncé.

À lire aussi
François-Henri Pinault et Arnaud Arnault politique
Dons pour Notre-Dame : "Les fureurs idéologiques l'emportent", dit Mazerolle

1. Qu'est-ce que cette institution ?

Le Conseil national du numérique est un organisme consultatif créé en 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy et sous l'impulsion d'Éric Besson, puis repensé en 2012 après l'arrivée au pouvoir de François Hollande.

Son champ de compétences couvre les questions relatives au numérique. Censé être indépendant, il a pour missions de conseiller le gouvernement et formuler des recommandations et avis publics sur la politique à mener sur le numérique. Ses rapports d'activité sont consultables sur Internet.

Les membres du CNNum, volontaires et non rémunérés, sont nommés pour une durée de deux ans, après publication d'un arrêté du Premier ministre. Les personnes qui siègent sont issues de la société civiles, considérées comme des experts de l'écosystème numérique.

Mounir Mahjoubi, actuel secrétaire d'État au Numérique, était le président de cet organisme jusqu'à son arrivée au gouvernement. Son départ a mis au ralenti le CNNum, qui devait se relancer en cette fin d'année 2017 avec de nouveaux locaux, un nouveau statut et la nomination à sa tête de la capital-risqueuse Marie Ekeland.

Carte blanche lui a été donnée par le gouvernement pour former un collège de trente membres, rendu officiel le 11 décembre : "10 représentant-e-s de l’économie numérique, 10 représentant-e-s du monde de la recherche et 10 personnalités engagées dans le développement du numérique dans la société".

2. Qui est Rokhaya Diallo ?

L'essayiste et réalisatrice Rokhaya Diallo est l'une des trente personnalités dont le nom a été soumis par Marie Ekeland et validé par arrêté du Premier ministre Édouard Philippe. Chroniqueuse dans On refait le monde sur RTL, elle est connue pour ses positions affirmées sur les thématiques du féminisme et de l'antiracisme.

"Rokhaya Diallo déconstruit les mécanismes de la construction de la haine en ligne et défend les droits des afro-descendants et des minorités au sens large", a justifié Marie Ekeland.

Invitée par les Nations Unies à s'exprimer sur les discriminations des afro-descendants dans le monde, elle a notamment repris à son compte la notion de "racisme d'État", autrefois reprise par le sociologue Pierre Bourdieu et qui acte l'existence d'un racisme entretenu par le pouvoir politique.

Aussi, elle a défendu à plusieurs reprises le principe des réunions militantes en "non mixité raciale".

3. Pourquoi le gouvernement a-t-il mis son veto ?

La nomination de Rokhaya Diallo a créé des remous au sein de la classe politique, que ce soit à droite, mais aussi à gauche. Mounir Mahjoubi, qui n'avait pourtant pas réagi immédiatement à l'annonce (en sa présence) du collège de trente membres, a demandé à Marie Ekeland de revoir sa copie.

Après la démission de Marie Ekeland, Mounir Mahjoubi a expliqué sa démarche dans une interview au Figaro.

"Après cette nomination, tout le monde a oublié le CNNum et ce qu'il était censé faire. Le débat s'est porté sur d'autres sujets. Cela l'a rendu inaudible et incapable de travailler sur ses missions. (...) J'ai signé le décret, j'étais là à la nomination. Il n'y a eu aucune surprise. Le problème, ce sont les réactions et l'incapacité du CNNum à travailler dans la sérénité".

Mounir Mahjoubi souligne aussi la nécessité, pour le gouvernement, d'être en adéquation politique avec le Conseil national du numérique : "Le CNNum doit être proche du gouvernement pour nous orienter, et le gouvernement lui fait confiance sur ces sujets. Ce n'est pas une force d'opposition, même si conseiller peut signifier dire quand ça ne va pas".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Internet Fil Futur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791498014
Conseil national du numérique : 3 questions pour comprendre la polémique
Conseil national du numérique : 3 questions pour comprendre la polémique
ÉCLAIRAGE - La nouvelle présidente du Conseil national du numérique (CNNum) a remis ce mardi 19 décembre sa démission, après la polémique concernant la présence de l'essayiste Rokhaya Diallo dans le nouveau collège de membres.
https://www.rtl.fr/actu/politique/conseil-national-numerique-polemique-demission-marie-ekeland-rokhaya-diallo-mounir-mahjoubi-7791498014
2017-12-19 17:28:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/iEIJMviVqmhgNPjjH0f0yg/330v220-2/online/image/2017/1123/7791108701_000-ui2m3.jpg